O Sénégalais, debout!


Debout, frères, voici l'État de droit profané
Debout, sœurs, voici le Sénégal martyrisé
Le passé ne revient plus, le passé ne revient plus! 
Et ces Sages-ennemis bafouent notre dignité et nos acquis
Soyons tous prêts pour un imminent et salutaire sursaut patriotique 
Un peuple fier dans ses nobles croyances défiant tous les malheurs.
O Sénégalais, debout!

Infâme sacrilège! Infâme sacrilège! Infâme sacrilège! Notre cœur est en peine. Notre âme est en proie à l'amertume. Le combat de vie des Sénégalais pour la démocratie est perdu. Encore le Conseil constitutionnel sénégalais perpétrant un crime d'État qui se mêle au sacrilège! Cette réalité non reluisante qui perdure, nous pousse, n’en déplaise à certains, à reprendre avec responsabilité et à visage découvert notre singulière plume pour laisser couler l'encre indélébile de l'indignation et ainsi pointer du doigt les étincelles de l'espoir qui pourraient y échapper. Oui écrire, avons-nous entendu dire, c’est prendre position, c'est résister et agir! Mieux, la sagesse arabe nous enseigne que « celui qui tient la plume ne s'inscrit jamais parmi les coupables»…
Donc, cette fois-ci, en partageant de nouveau votre amertume, nous allons encore poser nos si petits pas citoyens sur ceux de Charlie Chaplin et avec patriotisme, tremper notre PLUME, la langue de notre engagement et de notre combat citoyen, dans les eaux du fleuve Sénégal pour, sans trop chercher les mots, vous confesser:
  
Nous sommes désolés, mais nous ne voulons pas être président de la République du Sénégal, ce n'est pas notre dada. Nous ne voulons ni figurer sur des listes électorales, ni diriger personne. Nous voudrions humblement sortir de notre zone de confort pour aider notre Sénégal dans la mesure du possible. D'ailleurs, nous voudrions tous nous aider si nous le pouvions, les Sénégalais sont ainsi faits. Nous voulons donner le bonheur et le bien-être à notre prochain, et non le malheur et le désespoir. Nous ne voulons pas haïr ni humilier personne. Chaque Sénégalais, faut-il le souligner, à sa place et notre terre et notre sous-sol sont bien assez riches pour nourrir tous les Sénégalais de l’Intérieur comme ceux de la Diaspora. Nous pouvons tous avoir une vie meilleure, libre et prospère mais hélas ce n'est point le cas jusqu'à présent.
  
O Sénégalais, debout !L'envie ainsi que la boulimie du pouvoir ont empoisonné l'esprit et les efforts de nos gouvernants, ont barricadé notre Sénégal avec l’incompétence et nous ont fait sombrer tristement dans la misère et la pauvreté. Nous rêvons émerger en vitesse sans aucun préalable, par conséquent nous nous enfermons sans en rendre compte en nous-mêmes. Les ressources et les espoirs qui devraient nous apporter l'abondance, nous laissent dans l'insatisfaction totale avec nos paradoxes et nos laideurs. Nous sommes intolérants à force d'intelligence, nous ne ressentons pas assez nos difficultés et nous pensons et parlons beaucoup trop sans trop agir. Nous sommes trop malmenés par les Pouvoirs qui se sont succédé et nous manquons de l'essentiel et du nécessaire.

O Sénégalais, debout! Nous sommes trop cultivés comme peuple, dit-on et nous manquons bien parfois de tendresse, de gentillesse et de détermination. Or, sans ces qualités humaines, la vie n'est plus que violence et tout est perdu. Vivement, que nos besoins et nos obstacles nous rapprochent les uns des autres dans la bonté de l'être sénégalais, la fraternité, l'amitié et l'unité de tous les sénégalais sans aucune distinction!

Oui! Ma plume s’adresse à des milliers de Sénégalais à travers le monde. Ce sont des femmes, des hommes, des enfants pétris de talents mais désespérés et victimes d'un système politique archaïque qui ne comprend pas et ne respecte pas le sens de nos priorités. Ce système qui instrumentalise la justice pour emprisonner sans cesse des innocents et des faibles.

O Sénégalais, debout! Des magistrats et des fonctionnaires du corps judiciaire sénégalais ayant l’honneur et le privilège de requérir au nom de l’État et de la loi, éprouvent la plupart du temps de la difficulté à faire front aux pressions provenant principalement d’un Pouvoir exécutif animé par une prétention arbitraire, absurde et fortement imbibé de calculs de politiques politiciennes.

Je dis à toutes celles et tous ceux qui me feront honneur en me lisant : O Sénégalais, debout! Ne désespérez pas et restez bien optimistes! Le sous-développement qui caractérise le Sénégal n'est que le produit éphémère de l'habilité, de l'amertume de ceux qui ont peur des nobles rêves que veulent accomplir les Sénégalais. Mais l’incompétence finira par disparaître et ces politiciens professionnels connus qui prennent en otage notre beau pays seront tous rangés dans les placards de l'histoire politique du Sénégal. À ce moment-là, le Pouvoir qu'ils avaient pris aux Sénégalais va retourner à notre Volonté (une Foi), d’Unité (un Peuple), pour la Construction nationale (un But)!

O Sénégalais, debout !Ne donnons pas à ces politiciens professionnels et ses vils Sages, cette minorité qui nous méprise tant et qui fait de nous des désespérés abonnés, le plaisir d’enrégimenter toute notre vie, de nous dire toujours tout ce qu'il faut faire et ce qu'il faut penser, de nous diriger aveuglément, nous manœuvrer.

O Sénégalais, debout! Nous avons très certainement le pouvoir, le pouvoir de rendre notre existence paisible, le pouvoir de faire de notre destinée une merveilleuse aventure. Alors au nom même de notre aspiration commune, utilisons ce pouvoir. Il faut tous nous unir, il faut tous nous battre pour un SÉNÉGAL nouveau, un SÉNÉGAL prospère qui donnera à chacun l'occasion de travailler, de s’épanouir, un SÉNÉGAL qui apporte un avenir à la jeunesse et à la vieillesse la sécurité.

O Sénégalais, debout! Ces politiciens professionnels nous ont promis toutes ces choses pour que nous leur donnions le pouvoir. Ils n'ont pas tenu leurs merveilleuses promesses, jamais ils ne le feront. Ils se sont affranchis en prenant le pouvoir et en nous rendant la vie insupportable.
O Sénégalais, debout! Il faut nous battre pour accomplir seuls toutes leurs promesses. Faire de la politique autrement est bien possible! Il faut que nous nous engagions politiquement pour libérer et développer notre cher SÉNÉGAL, pour renverser nos mauvais comportements et briser les solides barrières et en finir avec l’indiscipline, la pauvreté et la dépendance. Encore et pour toujours, Il faut nous battre pour construire un SÉNÉGAL de raison, un SÉNÉGAL où la science et le progrès mèneront tous les Sénégalais définitivement vers le bonheur.

O Sénégalais, debout! Et enfin entendons de la bonne oreille notre regrettée sœur Mariama Ba nous murmurer: « pour vaincre la détresse quand elle vous assiège, il faut de la volonté. Quand on pense que chaque seconde écoulée abrège la vie, on doit profiter intensément de cette seconde, c’est la somme de toutes les secondes perdues ou cueillies qui fait les vies ratées ou réussies. Se muscler pour endiguer les désespoirs et les réduite à leurs justes proportions!» O Sénégalais, debout 

Pathé Gueye-Montréal
Lundi 21 Janvier 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :