Mouhamadou Diaïté, DG de La Poste : « Le président Macky Sall a donné instruction pour que le trésor public prenne en charge les salaires (…) pour que le paiement des bourses de sécurité familiale revienne à La Poste (…) le dialogue va être notre cré


Des prières ont été formulées, ce 17 novembre, dans les locaux de La Poste afin de bénir la nouvelle équipe dirigeante de l’institution financière dans sa nouvelle mission pilotée par le nouveau directeur général, Mouhamadou Diaïté. 

Cette journée de prières a été impulsée par l’amicale des femmes de La Poste. Pour ce faire, le Saint Coran a été intégralement récité sous la présence du directeur général et l’ensemble du personnel de l’établissement. 

L’occasion a été saisie pour s'entretenir avec l’autorité sur les nouveaux défis de La Poste.

 

Les travailleurs de La Poste sont inquiets quant au devenir de l’institution. Qu’est-ce que vous avez à dire par rapport à cela ?

 

Les inquiétudes sont légitimes parce que La Poste est arrivée à une situation qui n’est pas très loin d’une situation de cessation de paiement avec même des difficultés pour assurer les salaires des employés. Cependant, avec l’appui de son excellence, le président Macky Sall et les instructions qu’il a pu donner aux différents ministres et responsables concernés dans cette affaire, nous sommes dans une situation de stabilisation des difficultés, donc les postiers peuvent se rassurer que les difficultés vont se stabiliser  progressivement. Et avec également, les mesures et projets qu’on va mettre en œuvre, La Poste va retrouver sa viabilité et sa vitalité. Il faudrait signaler d’ores et déjà, que le président Macky Sall a donné des instructions pour que le paiement des bourses de sécurité familiales reviennent à La Poste. Avant cela, le président a donné des instructions pour que le trésor public prenne en charge les salaires de l’ensemble des employés et cadres de La Poste, mais au-delà, il a aussi donné des instructions pour que le trésor public prenne en charge l’ensemble des salaires et pensions qui sont domiciliés dans les comptes de La Poste à travers ses différentes filiales et ses différents organismes. Je crois que l’espoir est permis, car au-delà de cela, nous sommes en train de réfléchir en interne pour approfondir la discussion autour de la stratégie et des projets qui vont nous permettre d’amener La Poste à un niveau de viabilité durable. 

 

Le problème que les travailleurs posent, c’est le problème de la sauvegarde des emplois. Vous pouvez assurer qu’aucun emploi ne sera sacrifié?

 

Je ne suis pas du genre à faire des déclarations intempestives. Je crois que j’ai une responsabilité de manager. Un manager ne prend pas une décision à l’avance. Un manager peut avoir une idée de projet et travaille à réaliser ce projet. Le projet, c’est que le groupe La Poste retrouve sa viabilité et sa vitalité de manière durable. Maintenant, dans le cadre de la recherche de solutions pour aboutir à cet objectif, on peut mettre en œuvre plusieurs stratégies, plusieurs plans, plusieurs projets. Je ne dis pas que je suis venu pour écarter certains ou pour mettre fin aux contrats d’autres. Non! Nous sommes en train de réfléchir dans un cadre global, une réflexion qui va nous amener à un plan stratégique d’expansion de La Poste et la mise en œuvre de ce plan va se faire de commun accord avec tous les partenaires sociaux. Ce qui compte, c’est le but poursuivi et comment mettre en œuvre la décision. Il faut que chaque décision soit à la base une décision concertée, inclusive où tous les partenaires sociaux de La Poste se retrouveront pour qu’ensemble nous puissions mettre en œuvre les solutions envisagées.

 

Le message est très clair, pas de politique à La Poste ?

 

Je ne voudrais pas qu’il y ait de politique à La Poste. D’ailleurs, il n’y a pas lieu qu’il y’ait de la politique dans aucune structure de l’administration et de l’État.

 

La dette de La Poste envers l’État du Sénégal ne risque pas de plomber les ambitions de l’institution ?

 

Ce que La Poste doit à l’État est minime par rapport à ce que l’État doit à La Poste. L’État du Sénégal doit à La Poste plus de 100 milliards FCFA qui vont être reconvertis en participation de l’État au capital de restructuration de l’institution pour éviter à l’Etat de devoir mobiliser 100 milliards FCFA de liquidités par exemple. Nous sommes en train de chercher les voies et moyens pour proposer que dans le cadre de la restructuration et de la recapitalisation de La Poste, ce que l’Etat doit à La Poste soit capitalisé dans la nouvelle constitution du capital du groupe La Poste pour que l’État puisse porter le capital de l’institution à un niveau plus élevé par reconversion de cette créance de La Poste sur l’État.

 

La division est une contrainte dans toute institution, quelle doit être la démarche pour renforcer davantage l’entente et la cohésion entre employés ?

 

Je ne sens pas de division à La Poste, c’est vrai que je n’ai pas duré ici mais je ne sens pas de division. Ce que je sens, c’est une forte syndicalisation et cela aussi peut s’expliquer parce que c’est un établissement qui existe depuis le temps colonial, c’est un établissement qui emploie plus de 4. 000 personnes, donc forcément, le choc des intérêts et des ambitions peut aboutir à la mise en place de syndicats et il y’a des syndicats qui sont assez forts en terme de nombre et de cohésion dans leur approche, mais je crois que ce n’est pas cela qui doit importer. Ce qui doit importer ce sont les relations de travail, la collaboration, le dialogue entre les syndicats, les autres partenaires sociaux et la direction générale et rassurez-vous, quotidiennement, nous nous emploierons à faire en sorte que ce dialogue ne soit jamais rompu. Depuis que je suis à La Poste, j’ai déjà reçu une cinquantaine d’autorités ou représentants d’organismes en B to B. Ce dialogue permanent va continuer et il va même s’étendre aux modes de gestion. Nous allons instituer ce qu’on appelle un comité de dialogue de gestion qui aura en charge de faire le suivi des différents objectifs qui sont fixés à chaque unité, à chaque département, à chaque bureau et à chaque direction et ce comité de dialogue de gestion va recevoir les gens à tour de rôle et de manière périodique pour discuter avec eux des objectifs. Le dialogue va être notre credo.

 

Le nouveau directeur général, Mouhamadou Diaïté a exprimé ses vifs remerciements à l’amicale des femmes de La Poste pour la tenue de la journée de prières et l’ensemble des directeurs de l’institution qui ont marqué de leur présence la cérémonie. Il a aussi magnifié la participation de l’ensemble du personnel postier pour la réussite de la journée de prières.




Vendredi 18 Novembre 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :