Me Babacar Ndiaye tape du poing sur la table : “Des chefs religieux sont accusés de meurtre et ne sont pas jugés (...) Imam Ndao est là parce qu'il est Ibadou”


Me Babacar Ndiaye tape du poing sur la table : “Des chefs religieux sont accusés de meurtre et ne sont pas jugés (...) Imam Ndao est là parce qu'il est Ibadou”
Le procès de l'Imam Ndao et de ses co-accusés serait celui de la stigmatisation d'une communauté religieuse. Celle des salafistes communément appelés “Ibadou rahmane” au Sénégal. C'est la conviction de Me Babacar Ndiaye. 
Tout au moins, le conseil du prédicateur accusé d'avoir adhéré à un projet d'installation d'une cellule jihadiste au Sénégal, ne comprend pas que son client et ses co-accusés soient trainés devant les tribunaux tandis que des chefs religieux poursuivis pour meurtre n'ont pas à ce jour été jugés.
L'avocat a dénoncé cette “discrimination” avec une verve telle qu'il a été rappelé à l'ordre par le président de la chambre. Mais la suite a prouvé que rien ne pouvait arrêter l'avocat qui a tout de même laissé le terrain glissant des chefs confrériques pour une incursion dans le conflit casamançais. Tout ça pour dire que le terrorisme ne peut être l'apanage de l'Islam. “On qualifie les rebelles d'irrédentistes alors qu'ils attaquent des institutions, brûlent le drapeau national. Ils sont des terroristes”, assume la robe noire. 
Pour sa part, Me El Hadji Basse s'attend à ce que le procureur "requalifie" ce qui se passe dans le sud du Sénégal mais tire déjà ses conclusions pour mettre hors de cause son client et ses co-accusés. 
Mercredi 30 Mai 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :