Mali : l'Imam Mahmoud Dicko calme les manifestants


Mali : l'Imam Mahmoud Dicko calme les manifestants
Le leader charismatique du Mouvement du 05 juin s'est adressé à ses partisans ce dimanche 12 juillet en début d'après midi.  C'était suite à la prière mortuaire des victimes de ces deux derniers jours de remous au Mali.
 
Selon un bilan officiel, quatre personnes ont été tuées entre vendredi 10 et samedi 11 juillet, à l'occasion de heurts entre membres du M5 et forces de sécurité.
 
Mahmoud Dicko a appelé les siens au calme et de se garder d'attaquer les édifices publics et privés. Vendredi dernier après le rassemblement du mouvement du 05 juin, des manifestants ont mis à sac l'Assemblée nationale et ont assiégé la télévision nationale. Des routes ont été barricadées, des ponts menant à la capitale coupés. L'Imam Dicko demande aux manifestants de surseoir à ces actions.
 
Cet appel au calme ne signifie pas cependant une capitulation. Selon le responsable moral du M5 RFP, les revendications sont toujours d'actualité. Lors d'un discours à la nation, le président Ibrahim Boubacar Keïta a annoncé la dissolution de la Cour constitutionnelle et la création d'une nouvelle Cour dès la semaine prochaine. Cela n'a visiblement pas fait reculer le chef de file des contestataires selon lequel, rien ne sera plus comme avant.
 
S'exprimant sur le sort des responsables du M5 RFP arrêtés hier suite aux manifestations, il fera savoir qu'ils seront bientôt relâchés. Coordinateur général de la Coordination des mouvements et associations des sympathisants de l'Imam Dicko, Issa Kaou N'djim est toujours entre les mains de l'autorité de même que Choguel Maïga, Oumarou Diarra, Ben le Cerveau. Ils seraient détenus au Camp1 de la gendarmerie à Bamako. Maître Mountaga Tall qui a été interpellé hier en même temps que Choguel Maïga aurait été libéré.
 
Réunis au sein d'une coalition dénommée mouvement du 05 juin Rassemblement des forces patriotiques (M5 RFP), religieux, politiques et membres de la société civile réclament le départ du président malien du pouvoir. Ils réclament aussi la dissolution de l'Assemblée nationale et de la Cour constitutionnelle.
Dimanche 12 Juillet 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :