MODY NIANG RÉVÈLE / Pour le centre international Abdou Diop à 50 millards, un cabinet Sénégalais a été consulté et il ne l'avait évalué qu'à 12 milliards.



Le coût du centre international Abdou Diouf de Diamniadio réalisé à 50 milliards, serait-il la résultante d'une surfacturation ? Pour Mody Niang, c'est clair. L'ancien porte-parole de l'Ofnac révèle au Grand Jury de ce dimanche, qu'un cabinet Sénégalais avait déjà été consulté et celui-ci avait estimé les travaux à 12 milliards.
Par conséquent, un gap 38 milliards ne se justifierait pas si les études de ce cabinet sont fiables.

Mody Niang de confier, parlant du nouveau star de du Sénégal, que le stade de France a coûté 171 milliards alors que celui d'Abidjan n'a été obtenu qu'avec 50 milliards.

Mody Niang, après avoir reconnu les efforts de rationalisation des dépenses publiques entrepris par le Président Macky Sall, estime toutefois qu’il n'est pas conséquent avec lui-même.

En effet, il s'étonne que le Chef de l'État ait attendu aussi longtemps pour le faire. "Cela m’ étonne qu'il ait attendu 7 ans de gouvernance. Et puis, il ne nous dit pas qui en est responsable. L'achat et l'attribution des véhicules sont réglementés par un décret.
Je me demande combien de véhicules ont été achetés depuis lors ? Dans quelles conditions ont-ils été achetés ? Dans quels services ont ils été repartis ? Il ne suffit pas de vous dire qu'on a perdu énormément d'argent dans l'achat des véhicules. Il faut nous dire qui en est responsable."

Mody Niang de se faire la religion suivante : "Au Sénégal, tout va du Président et tout vient vers lui. Je lui impute la responsabilité". Pire, celui qui préfère ne pas être présenté comme ancien porte-parole de l'OFNAC, dit s'émouvoir de constater que le Président Macky Sall, en sa qualité de Président de la République, dispose de 10 milliards de fonds politiques dont la gestion relève d'un pouvoir discrétionnaire. "En 7 ans, il a grillé 56 milliards. Personne ne peut vous dire comment cet argent a été dépensé."

Il invitera celui-ci à enlever son coude sur la dizaine de dossiers déposés sur sa table depuis 2010 et sur les lesquels, dit-il, "il ferme les yeux", alors qu'il est prompt à sévir dès que la faute est imputable à un adversaire politique. 

Interpellé sur la plainte déposée contre lui par Cheikh Omar Hanne, Mody Niang parlera de " kasaw-kasaw". 
Dimanche 23 Février 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :