Le Sénégal endetté : des économistes défendent Macky Sall et taclent Karim : « En 2008, le Président Wade avait donné à son fils le pouvoir… »


Une matinée d'échanges et de réflexion sur : « le niveau d'endettement du Sénégal : faut-il s'inquiéter?» a réuni ce samedi, dans les locaux de la Fondation Friedrich Ebert, des étudiants, des experts mais aussi des parlementaires. Un taux actuel qui semble ne pas inquiéter les deux panélistes qu’étaient Pape Malick Ndour, économiste, spécialiste sur les questions de la Dette et des Finances et le Dr Cheikh Ahmadou Bamba Diagne Directeur du Laboratoire de recherches économiques et monétaires. Selon eux, il ne faudrait pas s’inquiéter.

« On a noté depuis quelque temps un assainissement du cadre institutionnel d’endettement avec la création du Comité national de dette publique. Au-delà de tout cela, il y a le fait de centraliser toutes les décisions, d’engager la responsabilité du Sénégal autour du seul ministre de l’Economie et des finances. En 2008, on se rappelle qu’un beau jour, le Président Wade avait donné à son fils le pouvoir d’aller négocier pour le compte du Sénégal. Ce qui n’était pas normal, et contraire aux directives de l’UEMOA », a indiqué M Ndour. « Aujourd’hui nous sommes retournées à l’orthodoxie. Nous avons une stratégie qui favorise les maturités longues au détriment des courtes. Et cela concourt à dire qu’il ne faut pas s’inquiéter », rassure cet homme de l’Etat

« Je ne suis pas d’accord avec ceux qui limitent la question de l’endettement au seul taux d’endettement mais aussi au seul encours de la dette parce qu’il y a des indicateurs plus pertinents pour suivre l’endettement. Et le Sénégal, c’est le FMI qui le dit, est l’un des rares pays sans risque d’endettement. Il ne faut pas donc s’inquiéter puisque ces dettes sont pour faire de l’investissement visible partout dans ce pays » a-t-il ajouté.
Même son de cloche chez le Dr Diagne qui rappelle que l’endettement pour un pays « est normal, mais n’a pas encore atteint un taux qui peut inquiéter au Sénégal» ; même s’il invite à revoir les structures de l’endettement.

Samedi 20 Octobre 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :