Lamine BA (PDS) : « Ce ne sont pas des démissionnaires, mais des boudeurs… Oumar Sarr s’est auto exclu du parti… Une dévolution monarchique du parti à Karim c’est un faux débat »


Lamine BA (PDS) : « Ce ne sont pas des démissionnaires, mais des boudeurs… Oumar Sarr s’est auto exclu du parti… Une dévolution monarchique du parti à Karim c’est un faux débat »
 Le SG du PDS a renouvelé le Gouvernement du parti, beaucoup de changements mais un gros départ celui du SGN adjoint. Comment vous analysez ça ?
 
J’analyse la question de façon simple. Dans la marche du parti sur le respect des textes qui fondent son existence à la fois juridique et statuaire, le Président Abdoulaye Wade a le droit de nommer qui il veut comme collaborateur pour assurer le bon fonctionnement des charges qui lui sont confiées. La dernière configuration du secrétariat national du parti a été décidée dans les mêmes circonstances sans que personne n’ait pipé mot.  Aujourd’hui en tant que SGN après avoir écouté la grande majorité des responsables du parti, qui ont toujours demandé une réorganisation du parti, il s’est fondé sur les prérogatives que lui confèrent le règlement intérieur pour apporter les changements qu’il pense utile en vue de porter les nouveaux combats.  Pour nous, Wade est dans la régularité, dans la légalité, il est dans son rôle.
Maintenant que des gens ne soient pas d’accord pour défier l’autorité du PDS, cela constitue une faute. Pour leur démission, je ne peux pas répondre à leur place, c’est eux qui ont démissionné. Peut-être qu’ils diront au peuple sénégalais pourquoi ils ont démissionné. Mais ce n’est pour des raisons de respect des textes du parti, ni par éthique et morale politique.  Encore moins par respect à tous les autres membres du parti, frères et sœurs, qui ont été membres désignés dans ce nouveau Secrétariat national qui sont d’égale dignité que ces gens qui sont là, en train de crier.

La participation de Oumar Sarr au dialogue national a eu raison de lui…
Vous savez quand il décide de se décharger de la confiance de Wade, de s’éloigner des directives et instructions du frère SGN, il n’y a plus rien à dire. C’est lui-même qui a pris la responsabilité de faire acte de rupture de la confiance que Wade avait sur lui. Parce que Oumar Sarr en sa qualité d’adjoint de Wade n’est pas élu par les membres et militants du parti. C’est Wade qui l’a nommé. Sa légitimité en tant que numéro 2 tire sa source sur les prérogatives de Wade et de la confiance de Wade. Si lui, il décide librement de se démarquer de la vision et des directives et des volontés d’Abdoulaye Wade, c’est lui-même qui s’est auto exclu du parti, et qui est sorti de la confiance de Wade et qui peut vous donner les raisons exactes qui l’ont poussé à faire cela.

Mais Wade avec ses changements a procédé à une dévolution monarchique du parti à son fils, à la génération du concret…
Cet argument est trop léger. Être un membre de la génération du concret ou être un Karimiste prive t’il ton droit d’être un membre du parti ou d’apporter dans le parti ce qu’un autre qui pendant 70 ans n’a pu apporter au parti ? Donc pour nous ce débat ne prospère pas puisque simplement il repose sur de l’exclusion, sur de l’ostracisme politique. En fait, je ne comprends même pas comment on peut être dans un même parti, se battre ensemble et que vous les regardez autrement que comme un frère de parti, un collaborateur. Donc pour moi ce qui disent « Karim Wade a repris le parti…la génération du concret » c’est un faux débat.  Ceux qui sont promus au niveau du parti parce que l’on n’a renvoyé personne, Wade a procédé à un réaménagement, ceux qui pensent qu’il faut crier sur tous les toits, c’est parce qu’ils avaient un autre projet que celui du parti. Et celui voulu par les militants. Donc ce débat est un faux débat, il n’y a pas un seul Karimiste promu sans qu’il n’ait fait preuve de son engagement, de sa témérité et de sa loyauté vis-à-vis du Président frère SGN
 
Une fronde semble se préparer contre le PDS en tout cas…
Une fronde porte sur une différence de vision programmatique ou idéologique. Ce sont des boudeurs plutôt, pas des frondeurs. Et quand on boude, mais…c’est son affaire. Maintenant personne ne peut déstabiliser le PDS. Nous avons connu des combats plus compliqués, si c’est un combat même… Peut-être qu’ils se sont organisés pour mettre une hypothèque sur le parti, mais je puis vous dire que certains l’ont tenté. Qu’est ce que cela a donné par la suite ? Je ne crois pas que le PDS puisse être un parti que l’on peut déstabiliser comme cela. Et que même ces gens-là puissent avoir les moyens nécessaires pour faire bouger le PDS. Le parti restera intact parce que c’est un patrimoine, ce n’est pas une petite affaire, c’est du sérieux.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mercredi 21 Août 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :