Grève de la faim des prestataires de Senelec : La société brise le silence et balaie d’un revers de main toutes les accusations.


Grève de la faim des prestataires de Senelec : La société brise le silence et balaie d’un revers de main toutes les accusations.
La grève de la faim des prestataires de la Senelec a pris une autre tournure. Cette fois-ci, c’est la société en question, Senelec qui a réagi. Dans un communiqué parcouru à Dakaractu, l’entreprise brise le silence pour donner sa version. “Tout en se désolant de leur recours à la grève de la faim, Senelec réaffirme sa ferme détermination à ne céder à un quelconque chantage et se réserve le droit de préserver son image par tous les moyens de droit, au besoin.”

“La Senelec, dans le souci de lever tout amalgame, a déjà précisé antérieurement dans un communiqué qu’il n’existait aucune relation juridique ou organique entre elle et ladite amicale. Ses membres ne font pas partie de son personnel et donc ne sont pas ses employés”, précise le texte de la Senelec.

Répondant à l’interpellation sur le recrutement, la société regrette la grève de la faim en ces termes. “Leur grève de la faim traduit une volonté manifeste de cette amicale de justement s’engager dans du dilatoire et d’entretenir la confusion auprès de l’opinion publique.
Cette action vise ni plus ni moins à mettre la pression sur Senelec pour la contraindre à procéder à des recrutements injustifiés”.

Toutefois, la Senelec precise que dans sa politique de recrutement, et selon ses besoins “elle peut accorder la priorité à la candidature des travailleurs des sous-traitants sans que ce soit un droit consacré. C’est dans cet esprit que pour l’année 2021 sur les 92 personnes retenues à l’issue des concours de recrutement, 64 proviennent des prestataires des structures de ces sous-traitants”, conclut le communiqué.
Mardi 12 Octobre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :