Gestion du service d'eau en milieu rural : La galère des travailleurs de l’hydraulique sans indemnités ni Ipres avec un manque de logistique.

La réforme de l’hydraulique rurale a mis bon nombre de travailleurs de ce secteur dans l'embarras. C’est le secrétaire général du syndicat, Yély Coulibaly, qui l’a dit aujourd’hui, au cours d’un atelier sur la transparence hydraulique, organisé par le Forum Civil au profit des journalistes.


Gestion du service d'eau en milieu rural :  La galère des travailleurs de l’hydraulique sans indemnités ni Ipres avec un manque de logistique.
A priori, il explique beaucoup de choses. Les agents regroupés au sein du syndicat national des travailleurs de l’hydraulique (Snth) sont à la peine, malgré la création de l’Ofor, dont ils réclament l’application du décret 2014-535 du 24 avril 2014 fixant les règles de son organisation et de son fonctionnement.

Les travailleurs de l’hydraulique ont partagé leur désarroi en évoquant le « non-paiement des heures supplémentaires ». Il a été dit que « les indemnités de déplacement, de logement et de pharmacie ne sont pas versées ». « Ipres et Css ne sont pas versées de 2012 à 2021 », renseigne le SG du Syndicat.

« Pour les retraités, ils n’ont pas de pension ni d'indemnités de départ à la retraite, alors qu’on nous coupe 6 675 francs CFA par mois. Les mendiants dans les rues de Dakar sont plus nantis que les retraités de l’hydraulique », a-t-il ajouté. Le dossier de l’indemnisation et l’appui à la réinsertion étant en instance entre les mains du ministre de l’Eau et de l'Assainissement.

Aux contraintes logistiques et de matériel dans les ateliers, s'ajoutent des problèmes d'arriérés de salaires (trois mois) que doit Aquatech aux conducteurs de forage.
Mercredi 8 Septembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :