Faux et usage de faux / Escroquerie : B. Ndiaye, intermédiaire au Service des Mines écope de 6 mois avec sursis.

Le prévenu Babacar Ndiaye, domicilié aux Maristes, a comparu devant la barre du Tribunal d'Instance de Dakar pour répondre des faits de faux et usage de faux dans un document administratif, escroquerie et détention de fausses plaques. À la suite du réquisitoire du procureur qui avait requis 2 ans dont 6 mois ferme, il a finalement été déclaré coupable et condamné à 6 mois avec sursis.


Le prévenu a été piégé par un de ses clients qui lui avait demandé de lui chercher une carte grise suite à de nombreuses plaintes contre lui. Finalement, il a été arrêté par la police et la perquisition de sa chambre a permis aux éléments enquêteurs de découvrir un sac contenant 48 cartes grises. Interrogé sur la provenance de ces documents, il souligne que les cartes grises sont celles de ses clients. Ils ont été mis sous scellés et sont en réalité un ensemble de dossiers confectionnés. Dans ses explications, il précise qu'il travaille au service des mines, mais il n'est pas embauché là-bas. Je travaille là-bas en tant que moniteur et démarcheur. "Je m'active dans la documentation des véhicules. L'argent qu'on me paye sert pour l'essentiel à  la confection des papiers administratifs. La Covid-19 a chamboulé toutes les démarches, raison pour laquelle j'ai tardé à introduire les documents", dit-il.  

À son tour, le plaignant Youssou Badji déclare à la barre avoir acheté une voiture, mais le vendeur lui a demandé d’attendre trois jours pour qu’il puisse lui délivrer un certificat de vente et une pièce d'identité. "C’est par la suite que je suis allé auprès du mis en cause pour qu’il lui confectionne une carte grise. Je lui ai payé 100.000 francs pour une mutation. Il m'a donné de faux documents constitués de papier pas authentiques", a soutenu le plaignant.  

Quant à Mbacké Guèye, il dit avoir remis de l'argent à Babacar Ndiaye pour qu'il lui facilite la mutation de ses véhicules. "Depuis lors, je n'ai rien reçu. Quand je l'appelle, il soutient que le service des Mines ne travaille pas à cause de la pandémie de la Covid-19. "Je lui ai donné 1. 850.000 F pour la mutation de 5 véhicules et 7 motos. Il m'a donné 600.000 F et je réclame le reste de l'argent, les 5 cartes grises des véhicules et les cartes des 7 motos", a-t-il clamé. 

Prenant la parole, le représentant du ministère public a souligné que les faits en l'espèce de détention de faux sont constitués. Car, indique le parquet, il a reconnu avoir utilisé une ancienne plaque. "Il est également constant que la qualité de démarcheur ne peut pas être retenue par le tribunal. Il a promis de faire les démarches administratives pour muter les véhicules, mais il n'a pas respecté le mandat qui le liait avec eux. Il ne l'a pas fait et il n'a pas aussi remboursé l'argent. Ce sont des escrocs. Il utilise des faux pour muter des véhicules", indique le parquet. Sur ce, le procureur a requis 2 ans d'emprisonnement dont 6 mois ferme, et sollicite la requalification d'escroquerie en abus de confiance.

Lors de sa plaidoirie, Me Abdoulaye Tall a souligné que le travail d'intervention est reconnu par la loi et parfois même, ils sont appelés des rats de juridiction. Sur ce, la robe noire plaide pour une application humanitaire de la loi. En rendant sa décision, le juge l'a déclaré coupable avant de lui infliger une peine d'emprisonnement de 6 mois avec sursis. 
Samedi 16 Octobre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :