Éducation / Respect des accords 2022 : « Il faut le dire et le noter, le Ministre des finances n’a pas respecté sa parole! » (Abdou Faty, SELS/A)


Dans le cadre des tournées de sensibilisation et de mobilisation, le SELS/A s’est rendu à Wack Ngouna, dans la Région de Kaolack.

Une façon pour ces responsables de discuter avec leurs membres. « On est allé rencontrer nos camarades pour faire la situation, relative à signature des protocoles d’accord. Les camarades nous ont félicité de la signature de ce protocole, mais naturellement ils sont inquiets par rapport à l’encadrement du crédit dans le protocole, pour qu’on puisse l'opérationnaliser », annonce le secrétaire général du SEL/A, Abdou Faty.

« En ce qui nous concerne, ce qui est sûr et certain, nous serons vigilants et nous avons également la société civile qui sera très vigilante. Il faut le dire et le noter, le Ministre des finances n’a pas respecté sa parole, contrairement au ministre de la Fonction Publique et au Ministre de l’Éducation Nationale, sur les questions des lenteurs des décisionnaires, du CFEE, sur le DMC », a-t-il il fait savoir.

Le Ministre des finances qui devait très rapidement, rencontrer la partie syndicale pour les modalités pratiques ne l’a pas encore fait, a déploré ce dernier. « Ce que nous déplorons et interpellons la société civile qui est garante pour qu’on puisse régler cette question résiduelle en attendant les autres questions majeures au mois de Mai. En tout cas, le Ministre des Finances, Abdoulaye Daouda Diallo, est interpellé. Nous n'accepterons pas les tergiversations du gouvernement relativement à cette question », a-t-il martelé. La question des taux élevés fixés par les banques étrangères a été aussi évoquée durant ces rencontres.

Selon toujours Abdou Faty , « nous interpellons également l’État du Sénégal sur les pratiques usurières des banques étrangères dans notre pays, ces banques foulent au pied les recommandations élémentaires de la BCEAO et il est temps que l’État du Sénégal prenne ses responsabilités. Il est temps également que le Ministère des finances puisse initier un décret pour arrêter ces sociétés usurières établies ici à Dakar, Kaolack, qui prennent l’argent de tous ces fonctionnaires, détournent tous ces milliards vers d’autres pays », a-t-il  dénoncé, avant d'ajouter : « Ces milliards doivent être bien encadrés, servir aux sénégalais, qu’ils consomment, boostent la croissance et c’est le Sénégal qui gagne. Mais dans cet environnement là, les banques font ce qu’elles veulent, volent les fonctionnaires sénégalais. Il est important que le Ministre des finances prenne ses responsabilités. Sinon ils seront complices. Le Ministre est donc interpellé pour arrêter ces banques qui font dans la surenchère, dans l’usure. Il faut arrêter les sociétés usurières qui asphyxient les fonctionnaires sénégalais », a-t-il conclu.                    
Dimanche 20 Mars 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :