Économie : L’aflatoxine prive l’Afrique de plus de 397.214 milliards par an, en recettes d’exportation


Définie comme étant une substance toxique et cancérigène produite par des champignons, l’aflatoxine cause un énorme préjudice au continent africain. Elle fait perdre au continent africain, pas moins de 700 millions de dollars Us soit 397 214 milliards 375 millions de nos francs et par an, a révélé ce mardi 2 octobre 2018, Moussa Faki Mahamat. Celui-ci, président de la Commission de l'Union africaine, en a fait l’annonce au cours d’une rencontre qui portait sur la lutte contre l’aflatoxine.
 
‘’Cette toxine dangereuse affecte des produits à consommation quotidienne massive comme l’arachide, le maïs, le sorgho, entre autres. L’impact des aflatoxines est dévastateur. Elles sont à l’origine de 30% des cancers du foie dans le monde dont plus de 40% enregistrés en Afrique. Elles entravent l’accès des agriculteurs africains aux marchés internationaux car leurs produits ne répondent pas aux normes requises. Le continent perd ainsi au minimum 700 millions de dollars Us par an, en recettes d’exportation’’, a-t-il dit.
 
Ancien Premier ministre Tchadien, le commissaire Mahamat a déploré le traitement dont fait l’objet la sécurité sanitaire dans le continent noir. ‘’La sécurité sanitaire des aliments ne fait pas encore la première actualité dans les médias africains. Il ne mobilise pas encore, hélas, l’opinion publique. Alors, même, qu’elle est d’une importance capitale pour l’Afrique.
 
Dans l’élément qui suit, il dénonce ce comportement qui, à ses yeux, montre plus la préoccupation des autorités étatiques et des populations africaines à avoir une production de la  nourriture en quantité suffisante sans se fier à la qualité des produits.
 
La conséquence de cette inertie des uns et des autres, est que l’on note, selon lui, ‘’un énorme fardeau sur les services de santé publique, constitue une entrave au commerce africain et menace la compétitivité de nos produits agricoles sur le marché mondial’’.
 
Pis, entre 60 et 80% des acteurs concernés en Afrique, n’avaient jamais entendu parler d’aflatoxine. Et 90% d’entre eux, n’en connaissent pas l’impact, a-t-il révélé en évoquant des résultats d’une étude.
Mardi 2 Octobre 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :