Détournement de fonds : L'ancien administrateur de projet de l'Ong Medicos Del Mundo accusé d'avoir grugé plus de 67 millions de nos francs.

Poursuivi pour détournement de fonds, faux et usage de faux, l'ancien administrateur de projet de l'Ong "Medicos Del Mundo", Lamine Samaké, a comparu ce vendredi 03 décembre devant le tribunal des flagrants délits de Dakar. Pour ces motifs, il a été condamné à 6 mois d'emprisonnement assorti de sursis et une amende de 27 millions de francs Cfa pour réparation du préjudice subi.


Détournement de fonds : L'ancien administrateur de projet de l'Ong Medicos Del Mundo accusé d'avoir grugé plus de 67 millions de nos francs.
Les faits remontent à la date du 06 septembre 2021, où la Division des investigations criminelles (Dic) a été saisie d'une plainte formulée par la SCP d'avocats Guédel Ndiaye et associés agissant d'ordre et pour le compte de l'Ong Espagnol Medicos del Mundo pour détournement de fonds, faux et usage de faux portant sur un préjudice global d'un montant de plus de 60 millions.

En effet, l'Ong reproche à son ancien administrateur de projet et responsable des paiements des cotisations à l'Ipres et des impôts au niveau du centre des service fiscaux de Pikine, en l'occurrence Lamine Samaké, d'avoir détourné le montant qu'il devait verser aux dites structures au titre des années 2018 et 2019 pour le compte de l'Ong. 

Pour dissimuler son forfait, le mis en cause produisait de faux reçus de paiement qu'il a lui même confectionnés, mais malgré cela, son manège a été découvert.  

Convoqué, il a été déféré au parquet puis placé sous mandat de dépôt. Attrait à la barre du tribunal des flagrants délits ce vendredi 03 décembre pour son jugement, il a nié les faits qui lui sont reprochés. Toutefois, il a reconnu le détournement de l'argent qu'il devait verser à l'Ipres. Invité à s'expliquer sur les faits devant le prétoire, il avance avoir fait une mauvaise gestion des 6 caisses qui étaient sous sa responsabilité. Et vu le volume des activités qu'il pilotait, il avait perdu le contrôle des mouvements de fonds au point qu'il ne se retrouvait plus dans sa comptabilité.

En conséquence, il y avait toujours un gab au niveau des caisses. Pour dissimuler ces écarts qu'il n'est pas en mesure de justifier, il compensait le manque avec l'argent qu'il devait verser à l'Ipres. Il a soutenu avoir agi de la sorte, car la comptabilité générale ne savait pas différencier les déclarations de paiement et un reçu de paiement. Le simple fait de voir la mention payé en espèces suffisait pour faire croire que le paiement mensuel a été effectué. Durant tous les 20 mois, Lamine Samaké n'a pas informé la hiérarchie de ces écarts, car il était incapable de les justifier.

Concernant la dette fiscale d'un montant de 28 millions constatés par le centre des services fiscaux de Pikine de juin 2018 à octobre 2019, Lamine Samake a confirmé avoir été chargé des paiements des fics de l'Ong Medicos del Mundo. Toutefois, il déclare pour des raisons liées à des défaillances techniques avec le système informatique de la DGID, les caissiers ne lui remettaient pas de quittance de paiement. C'est pourquoi il n'a jamais déposé de quittance de paiement à la comptabilité générale.

À son tour, la partie civile déclare que c'est après le licenciement du prévenu qu'ils ont découvert tous ces manquements. Les vérifications faites au niveau de l'Ong ont révélé que le mis en cause ne produisait pas de quittance de paiement.

À l'audience, le préjudice a été évalué à 32 millions en lieu et place de 67 millions de nos francs. Le prévenu Lamine Samaké avait remis un acompte de 5 millions de francs Cfa.

Le ministère public a demandé une application de la loi pénale. Quant à la défense, elle a dit que l'affaire était en bonne voie d'être réglée à l'amiable. Finalement, le juge après en avoir délibéré, a condamné le Sieur Samaké à 6 mois de prison assorti de sursis et une amende de 27 millions de nos francs pour dommages et intérêts.
Vendredi 3 Décembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :