Détenteur du brevet sur la billetterie électronique dans les transports au Sénégal: les misères de Mouhamadou Moustapha Ndiaye, l’arbitrage de Macky Sall sollicité...


Jeune innovateur, Mouhamadou Moustapha Ndiaye ne sait plus où donner de la tête. L’électrotechnicien qui affirme être à l’origine de la création de la billetterie électronique dans les transports au Sénégal se dit à bout de souffle. 

 

La raison, en plus d’être contrefait, l’outil dans lequel il a investi plusieurs dizaines de millions est proposé à prix vil par des concurrents qui sont pour la plupart d’anciens collaborateurs. 

 

Dans une interview avec Dakaractu, l’administrateur de Transpay ne met pas de gants pour indexer le « mal ».

 

Mais une machine à remonter le temps permettra de déterminer comment Mouhamadou Moustapha Ndiaye est entré dans ce monde. 

 

En 2012, il a été sollicité par AFTU pour sécuriser les badges qui permettaient à ses employés de se déplacer gratuitement. « J’ai alors procédé à la confection de badges infalsifiables ». 

 

« El Hadji Ndiogou Dieng m’a alors demandé de les aider à sécuriser le ticketing qui faisait l’objet de beaucoup de trafics. J’ai entamé les réflexions pour leur proposer quelque chose de solide. A l’époque, je décline mes ambitions à Samba Sow en lui faisant savoir que j’avais deux projets, l’un portant sur le ticketing dans les transports, l’autre sur les taxes municipales. Il revendique des aptitudes qu’il n’avait même pas. C’est ainsi que notre compagnonnage débute et je l’introduis dans mon réseau et le présente à beaucoup de présidents de GIE. Mais à ma grande surprise, il commence à poser des actes de traîtrise. Je l’emmène auprès d’un autre disciple de mon père pour arbitrer notre différend. Le lendemain, il me présente un protocole… on a convenu d’aller au BSDA. Quand il nous a été posé la question à savoir à qui appartient le projet, il a sans réflexion dit que c’était moi. Ensuite, nous devrions aller à l’OAPI. Il était avec moi et devant Me Algafe Thiam, l’ancien directeur technique de l’OAPI, j’ai répondu que je suis l’initiateur et que j’ai fait développer par Samba Sow », ajoute-t-il.

 

M. Ndiaye qui brandit le document de l’OAPI où il est effectivement mentionné qu’il est le créateur du « système de solution ticketing électronique informatisé pour service transport de voyageurs et de marchandises (bus-taxi-train-bateau) collecte de recettes municipales, autres services ». Le même document donne droit à l’innovateur de disposer de l’exclusivité de ce système dans au moins 17 pays africains. 

 

Pour que cette révolution voit le jour, Mouhamadou Moustapha Ndiaye allègue avoir fait un prêt de 35 millions auprès de la BNDE. Mais sa collaboration avec le sieur Sow est tombée à l’eau. Ce dernier créa Subpay et se serait même rendu au Congo pour vendre sa solution.

 

Malgré ces démarches pour protéger sa création, l’administrateur de Transpay devra faire face à une floraison de systèmes de ticketing imitant le sien et contre lesquels il se bat depuis des années pour obtenir la cessation de leurs « activités illégales ». 

 

Pourtant, en 2019, la justice a tranché en sa faveur en demandant une cessation immédiate aux contrefacteurs. Mais c’est sans compter sur l’opiniâtreté de ces derniers.

 

A l’en croire, ces derniers sont d’autant plus déterminés à poursuivre leurs activités qu’ils sont encouragés par le Conseil exécutif des transports urbains de Dakar (CETUD) dont le directeur des opérations serait en collision avec Samba Sow qui pilote Sudpay.

 

En plus de cet ancien collaborateur qu’il accuse de trahison, Mouhamadou Moustapha Ndiaye cite plusieurs gros bonnets qui ont investi dans le ticketing car « c’est un milieu où il y a beaucoup de milliards à gagner ». Ce qu’il ne comprend pas, c’est la position du CETUD qui était censé agir en tant que régulateur dans les transports. « Mais je comprends leur hostilité à mon égard », nous confie Mouhamadou Moustapha Ndiaye qui prête son différend avec le chef des opérations du CETUD à son refus de signer une charte billettique rédigée par cette instance en 2018. 

 

Pis, ce dernier aurait adressé un mail aux acteurs pour contester l’exclusivité de Transpay dans la billetterie électronique sous prétexte que ce système ne saurait être détenu par un tiers. Une position qui intrigue l’administrateur de Transpay.

 

Pour être rétabli dans ses droits et pour l’éclosion des talents comme le sien sous nos tropiques, il sollicite l’arbitrage du président Macky Sall mais demande aussi à ce que le Cetud joue son rôle de régulateur. 

Dimanche 20 Décembre 2020
Dakaractu




1.Posté par Matar le 21/12/2020 01:49
Aidez le svp



Dans la même rubrique :