CELEBRATION DE LA JOURNEE MONDIALE DE L'OZONE : « Protocole de Montréal, pour que nous, nos aliments et nos vaccins restions au frais »


CELEBRATION DE LA JOURNEE MONDIALE DE L'OZONE : « Protocole de Montréal, pour que nous, nos aliments et nos vaccins restions au frais »
A l'instar de la Communauté internationale, le Sénégal célèbre, ce 16 septembre 2021, la Journée Mondiale de l'Ozone. Le thème de cette édition est « Protocole de Montréal, pour que nous, nos aliments et nos vaccins restions au frais »
Cette édition mettra l'accent sur l'importance de la réduction de la consommation des hydrofluorocarbones (HFC) listées comme gaz à effet de serre et sur l'amélioration de l'efficacité énergétique de la chaîne de froid, en particulier, dans les économies en développement. En effet, l'efficacité énergétique permet de lutter contre les émissions de gaz à effet de serre, de lutter contre les pertes alimentaires et de conserver les vaccins indispensables à la prévention des maladies virales telles que la COVID-19.
Compte tenu de la crise sanitaire mondiale, la célébration de l'édition 2021 sera symbolique avec l'organisation d'un webinaire, animé par des experts des ministères en charge de l'Environnement, de la Santé, des Pêches, de l'Energie, du PNUE, de l'OMS, entre autres, afin de discuter de la thématique et de dégager des recommandations pour une bonne mise en ceuvre du protocole de Montréal au Sénégal
POURQUOI LA JOURNEE MONDIALE DE L'OZONE?
La couche d'ozone se trouve dans la haute atmosphère terrestre entre 20 et 40 km et nous protège contre les rayonnements ultraviolets du soleil, nocifs pour les êtres vivants et les écosystèmes.
Les scientifiques ont découvert, à la fin des années 1970, que l'humanité était en train de créer un "TROU" DANS LA COUCHE D'OZONE. Ce trou, causé par les gaz appauvrissant la couche d’ozone (SAO), étaient utilisés dans les aérosols et les systèmes de refroidissement (réfrigérateurs et les climatiseurs).
La réaction mondiale, qui a suivi, a été décisive. Le 22 mars 1985, les gouvernements ont adopté la Convention de Vienne pour la protection de la couche d'ozone. Le 16 septembre 1987, le Protocole de Montréal relative aux substances appauvrissant la couche d'ozone (SAO) est signé. Dans ce protocole, les Etats, les scientifiques et les industriels ont collaboré pour éliminer 99% des chlorofluorocarbones (CFC), au 1er janvier 2010, qui appauvrissent la couche d'ozone.
Le Protocole de Montréal a été amendé en 2016, sous le nom de l'Amendement de Kigali. Entré en vigueur en 2019, il s'emploie à réduire la consommation des hydrofluorocarbones (HFC), gaz à effet de serre à fort potentiel de réchauffement climatique, très préjudiciables à l'environnement et aux humains.
L'abandon progressif des substances qui appauvrissent la couche d'ozone a, non seulement aidé à protéger la couche d'ozone pour les générations actuelles et futures, mais a également contribué aux efforts déployés par la communauté internationale pour faire face aux changements climatiques. L'ancien Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, déclarait, en 2003, que ce texte était << peut-être l'accord international le plus réussi à ce jour ». Un point de vue largement partagé au sein de la communauté internationale.
Le 15 octobre 2016, les 197 États signataires du Protocole de Montréal, réunis à Kigali, au Rwanda, pour la 28ème Réunion des parties au protocole, ont abouti à un accord historique dans lequel ils promettent de de réduire de l'ordre de 85% d'ici à 2050, les hydrofluorocarbones principalement utilisés comme réfrigérants dans les climatiseurs et les réfrigérateurs,
La Journée internationale de la Protection de la Couche d'Ozone, qui sera célébrée ce 16 septembre 2021ambitionne de communiquer sur cette performance.
Dans ce contexte, marqué par la pandémie de COVID-19, avec son cortège de difficultés sociales et économiques, le message porté par ces accords sur la protection de l'ozone est plus qu'actuel. Le thème de cette année, «  Protocole de Montréal, pour que nous, nos aliments et nos vaccins restions au frais », nous rappelle que non seulement l'ozone est crucial pour la vie sur Terre, mais que nous devons continuer à la protéger pour la durabilité des ressources naturelles et la vie des générations actuelles et futures.
Mamadou Diouf
 

Mercredi 15 Septembre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :