Assemblée des Nations Unies pour l’environnement (ANUE-5) : Abdou Karim Sall revient sur les ambitions de son département et souligne ses objectifs.


La cinquième session de l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement (ANUE-5) s’est tenue les 22 et 23 Février 2021, en visio-conférence.

 

Sous le thème général : « Renforcer les actions en faveur de la nature pour atteindre les objectifs de développement durable », l’objectif est « d’aller vers des mesures plus fortes afin de protéger et de restaurer la nature. Mais aussi de trouver des solutions basées sur la nature pour atteindre les ODD dans ses trois dimensions complémentaires (sociale, économique et environnementale). »

 

L’UNEA-5 se veut aussi une tribune pour les États membres et les différentes parties prenantes pour échanger et mettre en œuvre des approches efficaces qui contribuent à la réalisation de la dimension environnementale du Programme de développement durable à l’horizon 2030, y compris les objectifs liés à l’éradication de la pauvreté et aux modes de consommation et de production durables.

 

À cette occasion, quatre-vingt-dix (90) personnalités du monde ont pris part à ces deux jours d’échanges dont le Ministre du Climat et de l’Environnement du Royaume de Norvège, Président de la 5e Session de l’Assemblée des Nations Unies pour l’Environnement (ANUE-5) Monsieur Sveinung ROTEVATN, la directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour l’environnement Mme Inger ANDERSEN et le Ministre de l’Environnement et du Développement durable de la République du Sénégal Monsieur Abdou Karim SALL.

 

Ce dernier a tenu son discours à la deuxième journée d’échanges, soit le 23 Février, en présence de 44 autres personnalités dont le militant environnemental et  champion de la Terre 2016 Monsieur Afroz SHAH et le Secrétaire d’Etat à la Biodiversité l’environnement en France Madame Bérangère ABBA.

 

Dans son discours, Monsieur le Ministre a souligné les conséquences désastreuses de la pandémie à Covid-19 sur la santé, l’économie et même l’environnement mondial avant de saluer l’initiative des Nations Unies pour la protection de l’environnement. Il est aussi revenu sur les ambitions de son département en soulignant ses objectifs qui restent sans conteste : «  de promouvoir une action environnementale renforcée pour protéger et restaurer notre environnement, mais aussi contribuer à reconstruire autrement et mieux, accroître la résilience face aux crises futures et engager notre planète sur une voie plus durable. »

 

Monsieur le Ministre de poursuivre sur la pertinence des points inscrits à l’ordre du jour des travaux et qui contribuent fortement au renforcement de la mise en œuvre des programmes de protection de l’environnement et de promotion du développement durable, conformément aux agendas internationaux à atteindre d’ici 2030. Il s’agit de l’Accord de Paris sur le Climat et le Programme de Développement Horizon 2030 sur le Développement durable.

 

Avec la survenue de la pandémie de COVID et ses nombreux impacts, Monsieur le Ministre a rappelé les mesures fortes prises par le Gouvernement sur instruction de Son Excellence, le Président Macky SALL pour y faire face. Au titre de ces programmes, il y a : le Programme de Résilience Economique et Social (PRES), pour : renforcer le système de santé et soutenir les ménages, la diaspora, les entreprises et leurs salariés, accompagner les entreprises affectées, à développer une résilience par rapport à ses effets ;

 

Le Programme de Relance de l'Economie nationale (PREN), mis en place en soutien à la relance immédiate de l’économie nationale à travers, le soutien à l'investissement et à la consommation. La mise sur pied d’importants programmes de relance verte en vue de renforcer la protection de l’environnement, au titre desquels :

 

Le Plan Sénégal Émergent Vert (PSE Vert), considéré comme le pilier environnemental du Plan Sénégal Émergent, référentiel de la politique économique et sociale du Sénégal à l’horizon 2035 ; le Programme d’Envergure Stratégique pour le Secteur de l’Environnement (2019-2030),  la création d’une nouvelle Agence de Reforestation et de la Grande Muraille verte, pour booster un ambitieux programme de reverdissement du Sénégal ; la mise en œuvre d’un important Projet forestier urbain au niveau de l’ancien aéroport de Dakar Yoff, en vue de réintroduire les parcs naturels, véritables poumons verts dans l’armature urbaine ; les programmes « Zéro déchets »« Zéro bidonvilles », pour ne citer que ceux-là, etc.

 

Le Ministre reste persuadé qu’avec le programme « Zéro déchets » : « le Sénégal vient d’adopter une loi relative à la prévention et à la réduction de l’incidence sur l’environnement des produits plastiques, ce qui va fortement éviter l’encombrement de notre environnement par les déchets plastiques. »

 

Dans son argumentation, il s’est aussi appesanti sur la problématique des changements climatiques et son lot d’impacts. Parmi lesquels : la pandémie de COVID-19 ou encore les intempéries. Des catastrophes sanitaires et écologiques qui touchent toute la planète.

 

C’est pourquoi, il juge opportun d’aller « vers des changements qui devraient être perçus comme des opportunités devant nous amener à changer de paradigme sur la vision de nos relations avec la nature, de nos modèles de développement qui devraient être adossés à des modes de production et de consommations durables, respectueux des capacités de charge des écosystèmes, etc. »

 

Sous cet angle, le Ministre de l’Environnement a félicité le Programme des Nations Unies pour l’Environnement pour le projet de stratégie à moyen terme pour la période 2022–2025, le projet de programme de travail et le budget pour l’exercice biennal 2022–2023, ainsi que la Conférence ministérielle africaine pour l’Environnement (CMAE), pour l’important programme de relance verte pour l’Afrique adopté lors de la 8e session extraordinaire tenue en décembre 2020.

 

Des stratégies et programme dont se réjouit le Sénégal et qui par la même occasion invite le PNUE à appuyer vivement leur mise en œuvre, dont le programme de relance verte pour l’Afrique en particulier.

 

Avant de terminer sa communication, le Ministre a rappelé l’adhésion du Sénégal à la position africaine sur les résolutions et décisions qui seront issues de cette 5e session de l’ANUE.

 

« Comme par le passé, le Sénégal réitère sa disponibilité et son engagement au PNUE et à tous les organes qui œuvrent dans le domaine de la gouvernance environnementale et la promotion du développement durable, socles pour bâtir « l’avenir que nous voulons » au profit des générations futures, conclut le Ministre de l’Environnement et du Développement durable », dira le Ministre de l’Environnement et du Développement durable du Sénégal Monsieur Abdou Karim SALL.

 

L’Assemblée des Nations Unies pour l’Environnement est organisée par le Programme des Nations Unies pour l’environnement. L’évènement réunit les représentants des 193 États membres de l’ONU, de la société civile, et d’autres parties prenantes. Ceci pour convenir de politiques visant à relever les défis environnementaux qui urgent dans le monde.

 

Du fait des restrictions imposées par les États pour limiter la propagation du nouveau coronavirus COVID-19 dans le monde, cette cinquième session de l’Assemblée des Nations Unies pour l’Environnement se tient en deux temps.

 

Une première session en ligne organisée les 22 et 23 Février 2021, et une reprise de la session de l’ANUE-5 prévue, en présentiel cette fois, à Nairobi au Kenya en Février 2022 avec toujours le même thème qui est : « Renforcer les actions en faveur de la nature pour atteindre les objectifs de développement durable. »

Jeudi 25 Février 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :