A l’heure de l’Emergence des Economies Africaines: l’application des principes et des procédures de la gouvernance d'entreprise, un fort levier de performance économique et sociale

Introduction

La mondialisation de l’économie caractérisée par une forte globalisation des opérations et transactions a imposé et défini de nombreuses pressions aux différents pays, en particulier les États africains confrontés actuellement à une forte concurrence.


A l’heure de l’Emergence des Economies Africaines:  l’application des principes et des procédures de la gouvernance d'entreprise, un fort levier de performance économique et sociale
L’internationalisation des activités commerciales des entreprises et principalement l’exportation est souvent perçue comme étant réservée aux entreprises les plus compétitives et possédant une certaine maturité et des ressources financières, humaines, etc., assez conséquentes.
 
Cette pression dictée par des politiques économiques et financières internationales ont contraint les États africains à fortifier et à solidifier leurs rôles  dans la gestion des activités commerciales, économiques et des services dans un marché libre qui a conduit à un climat international marqué par des crises financières ayant des impacts directs ou indirects sur la plupart des marchés internationaux, régionaux et locaux.
 
La nécessité d’intégration de l’économie des Etats africains dans l’économie mondiale sous le parapluie de la mondialisation, présente certes des effets positifs mais peut aussi induire des effets négatifs. Elle requiert une compétitivité et une performance des entreprises du continent qui exigent une transparence, un contrôle basé sur la bonne gouvernance, amenant les différentes parties à reconsidérer le rôle de l'État dans le management des entreprises et institutions publiques.
………………………………………………..
 
Les principes de gouvernement d'entreprise constituent d’importants leviers de transparence, de bonne gestion, de prévention et de résolution de conflits, et aussi de solides outils permettant l’obtention de résultats significatifs, d’une productivité accrue, d'efficacité et d'efficience, le tout visant à améliorer les performances de l'organisation dans son ensemble, ainsi que la circulation d’une information suffisante, fiable et pertinente.
 
Dans un contexte d’émergence économique et de mondialisation marqué par une concurrence de plus en plus accrue, il est de l’intérêt croissant pour les gouvernementaux africains de s’engager résolument vers l’application pratique des principes et règles de gouvernance d’entreprise.
 
Cependant il est important de souligner qu’il n’existe pas de modèle unique et standardisé de bonne gouvernance d’entreprise; différentes approches sont développées dans le monde et peuvent être adaptées au contexte qui diffère souvent d’un continent à un autre et d’un pays à un autre.
 
Bien que le principe ne soit pas contraignant, il est dans l'intérêt des Etats en développement caractérisés par des économies émergentes, de tendre vers une culture du rendement et d’évaluer permanemment les entreprises et organisations afin de s’assurer du niveau d’applicabilité des principes et règles de la gouvernance d'entreprise de manière objective.
 
La gouvernance d'entreprise est considérée comme un des leviers plus importants et nécessaires pour améliorer le fonctionnement de l'entreprise et garantir la transparence et la performance de celle-ci.
 
Le mécanisme de gouvernance d’entreprise est un puissant outil qui vient combler l'écart qui peut exister entre d’une part les actionnaires et d’autre part les dirigeants d'entreprises en raison de pratiques passives qui pourraient nuire au bon fonctionnement de celles-ci. La bonne gouvernance d’entreprise est garante d’une meilleure efficacité économique et d’une meilleure prévention et résolution de conflits résultant de pratiques erronées de la direction de l'entreprise et d'audits internes ou externes ou par ingérence du conseil d'administration pouvant nuire au fonctionnement de celle-ci.
 
La gouvernance d'entreprise n'est pas une accumulation de processus de contrôle procédural, c’est un mécanisme qui a pour objectif ultime d'améliorer les performances de l'entreprise et d’assurer l’obtention de capitaux à un coût raisonnable.
 
L’application du concept de gouvernance d'entreprise est un choix judicieux qui permet de garantir  une plus grande flexibilité managériale caractérisée par une prise de décisions, une évaluation des actions, une diversification du portefeuille d'investissement, une répartition des risques et une adhésion à une bonne éthique.
 
Certes, il convient de reconnaitre que des obstacles majeurs subsistent encore car nombre d’entreprises restent encore hostiles à cette nouvelle donne et font preuve d’une forte résistance interne à ce changement du fait qu’elles ne sont pas encore bien préparées à basculer vers cette nouvelle culture qu’elles ont nécessairement besoin de maitriser et de s’approprier dans un premier temps.
 
La gouvernance d’entreprise met particulièrement l’accent  sur les leviers de performance et de responsabilité à travers une information fiable et pertinente et une mesure du rendement. Dès lors les critères de motivation et de productivité du personnel, d’efficience et d’efficacité s’avèrent être déterminants pour atteindre des objectifs fixés. Ainsi l’atteinte  des objectifs de la  gouvernance d’entreprise peut être évaluée à l’aide d’un ensemble d’indicateurs liés à des axes potentiels dont les principaux sont entre autres:
  • La performance de l'entreprise;
  • La circulation soutenue de la bonne information pertinente;
  • De fortes responsabilités basées sur l’équité, le mérite et la compétence.

En dehors de ces axes majeurs, un certain nombre de leviers garant d’une gouvernance d’entreprise forte et pérenne sont plus que nécessaires et parmi eux, on peut citer:
 
L'éthique:
L’Entreprise dans sa globalité en ce qu’elle implique en termes de culture, langue, système de valeurs, éthique, politique, économie et conduite des affaires;
 
Responsabilité et engagement:
L’implication effective de chacun et chacune, identification à l’entreprise à travers le socle «culture d’entreprise»;
 
Objectifs:
Réalistes, réalisables et appropriés, qui peuvent être atteints grâce à une forte implication de toutes les parties prenantes;
 
Gestion stratégique:
Une gestion basée sur  les «best practices»: un processus stratégique efficace qui intègre les valeurs et qui repose sur une méthode participative;
 
Organisation:
 Une organisation hiérarchique et fonctionnelle, souple et convenablement structurée pour assurer et faciliter une bonne la gouvernance;
 
Rapports d’activités:
Basés sur des systèmes de rapportages structurés pour assurer la transparence, le contrôle et la mesure de performance à travers des indicateurs pertinents.
 
Qualité de l'information:
Permet une plus grande flexibilité et élasticité dans la prise de décisions pour évaluer les actions, diversifier les portefeuilles d'investissement, répartir les risques, adhérer à une bonne éthique sur la base de transparence.
 
 
Recommandations:
Dans un contexte d’émergence économique caractérisé par une approche budget programme, il est opportun de s’appuyer sur le cadre juridique et  la structure organisationnelle de la gouvernance d'entreprise pour garantir une performance pérenne:
  • La nécessité d’accorder une forte indépendance aux organes de contrôle et de régulation, une des conditions préalables de succès de l’applicabilité effective de lagouvernance d’entreprise;
  • Une priorité particulière doit être accordée à la gouvernance des entreprises publiques, en raison du rôle important qu’occupent ces dernières dans l’économie desEtats;
  • La nécessité de faire face aux éventuels problèmes d’application des règles et principes de la gouvernance d’entreprise et de développer une expertise collective capable de conduire les changements;
  • La nécessité de disposer d’une expertise et de connaissances en matière de gouvernance d'entreprise et de développer un ensemble d’indicateurs de performance pertinents afin de pouvoir mesurer l’effet de l’application des principes de la gouvernance d'entreprise au sein des organisations et des entreprises publiques;
  • La nécessité de développer des outils de mesure de la performance dans la fonction publique, afin de s’assurer de l’efficacité et de l’efficience des budgets programmes;
  • La nécessité de développer des systèmes d'information au sein des organisations et des entreprises, accessibles et aux personnels et aux citoyens.
 
.......................................................................................... ;
Conclusion
La gouvernance d’entreprise met particulièrement  l'accent sur la responsabilité, l’engagement, la  motivation et la productivité du personnel. Elle prône aussi une information fiable et pertinente, la mesure du rendement, l'efficience et l'efficacité  conformément aux exigences de la gestion axée sur les résultats.
 
En d’autres termes, la gouvernance d’entreprise vise essentiellement à améliorer les performances qu'une entreprise donnée, peut réaliser au sein de son environnement économique et concurrentiel par une optimisation des investissements financiers, humains et matériels, etc., indispensables à sa croissance et son développement. Et ceci ne peut se faire qu’à travers  trois grandes catégories de gouvernance:
  • Une structure de gestion exécutive;
  • Des fonctions qui améliorent la gouvernance;
  • Des comités de gouvernance.
 
Une gouvernance d’entreprise réussie et maitrisée conduit en général à une plus grande responsabilité basée sur un fort engagement et une confiance des différentes parties prenantes et à un impact positif aussi bien sur la performance de l’entreprise que sur les économies émergentes. Elle accroit et dynamise le rôle moteur du marché des capitaux et la capacité à mobiliser l'épargne et les investissements tout en  préservant les droits des investisseurs minoritaires ou petits investisseurs. Elle catalyse aussi la croissance du secteur privé, fortife sa compétitivité, et garantit la création d‘emplois et de la valeur ajoutée pour les actionnaires.
 
  • Simon Lazarre Badiane, Ph.D., Doctorant / Méthode participative
  • Pr. Hamdouraby SY, Ph.D., Professor of Advanced Risk Management
  • CASR 3PM ACADEMY®_ RISK _INSTITUTE N° 12_RI12_JANUARY_2020/
 
 
 
 
 
Jeudi 20 Février 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :