Touba : Mamadou Kassé, DG de la Sn Hlm, dézingue les contempteurs de Macky Sall


Mamadou Kassé, Directeur général de la Société nationale des Hlm (Sn-Hlm), passe pour un défenseur chevronné du président Macky Sall. Après la vague de critiques et de commentaires née de la visite du président de la République à Touba, en prélude au Grand Magal de Touba, M. Kassé, responsable politique, membre de l’Alliance pour la République (Apr), a profité d’un entretien  qu’il a accordé à Dakaractu pour critiquer les membres de l’opposition. Surtout ceux-là qui se plaisent à tirer à boulets rouges sur le président de la République.
 
‘’Nous avons constaté que le Magal évolue chaque année. Nous remercions aussi le président de la République pour la place qu’il a accordée à Touba. Et il ne faut plus douter que le président Macky Sall nourrit de grandes ambitions pour Touba’’, a dit M. Kassé qui entendait saluer l’attention particulière que le président Sall, dont il a été le conseiller dans le passé, accorde à la capitale du mouridisme.
 
Avec sa casquette de leader politique ayant sa base à Tamba, il a magnifié les sacrifices consentis par l’État pour créer des infrastructures dans les cités religieuses du Sénégal. ‘’Je suis de ceux-là qui pensent que l’État doit renforcer les infrastructures existantes dans les cités religieuses, vu l’impact qu’elles ont sur l’économie du Sénégal. Ce, afin que tout puisse profiter à la production nationale et la création de valeur. Voilà comment je vois les choses. Mais, en politique, il peut arriver que les acteurs aient des considérations différentes de la mienne. Mais je trouve qu’il est normal que les besoins de toutes les cités religieuses soient pris en compte et satisfaits. Parce que ce sont ces cité là qui constituent les piliers de notre pays. De Senghor à Macky Sall, ce fut toujours les mêmes traitements’’.
 
Ceux qui sont confortablement assis dans leurs salons feutrés de Ndakarou ou qui surfent entre Les Almadies et le centre ville de Dakar et qui envahissent les plateaux de télé, ne peuvent pas savoir dans quel état se trouvent les populations des localités éloignées du Sénégal. Ils ne peuvent ainsi donc avoir une idée de ce que nous avons réalisé. Nous avons été dans les recoins les plus avancés, sorti des contrées de l’obscurité, fourni de l'électricité aux populations des zones les plus éloignées, érigé des forages, et avons boosté la production agricole de ces zones...
Lundi 29 Octobre 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :