Thiès / Langues nationales : Vers un document qui va permettre d'atteindre les objectifs


Pour relever les défis du moment notés dans les contre-performances dans les langues nationales, les acteurs dudit secteur, la société civile, les syndicats d'enseignants et étudiants ont décidé de tenir un  conclave de trois jours sur l'état des lieux de l'alphabétisation et de la promotion des langues nationales. Il s'agira, en effet, de diagnostiquer ce secteur pour voir en terme de pilotage, d'orientation politique, de stratégie de mise en œuvre, mais surtout de financement, les axes structurants pour réduire de manière sensible, le nombre de personnes dans le pays qui ne savent ni lire ni écrire dans aucune langue. 
D'après la directrice de l'alphabétisation et des langues nationales, Ndèye Nam Diouf, "après ce conclave, nous allons produire un document de qualité où nous allons faire un fort plaidoyer. Car, cela demande un processus pour avoir un document final et de valeur. Après ces 3 jours, nous allons vers un webinaire où nous allons regrouper tous les acteurs du secteur, du niveau déconcentré au niveau central, les autres ministères qui développent l'alphabétisation, les organisations de la société civile, les partenaires techniques et financiers, les institutions de la République, qui aura lieu le 28 Septembre. 
Après le webinaire, il y aura un autre atelier au niveau de Dakar au niveau du ministère pour revoir et finaliser les documents. Et le 29 septembre nous irons à Dakar devant le ministre de l'éducation nationale, Mamadou Talla  qui va présider cette rencontre. Et c'est lui qui remettra le document au Président Macky Sall. Nous allons parler de financement de l'alphabétisation parce que nous avons beaucoup de difficultés". 
Ainsi, ces acteurs comptent changer de paradigme à travers des réflexions structurantes afin d'identifier les avantages et inconvénients avant de produire un document de plaidoyer.  À en croire le conseiller technique du ministère de l'éducation nationale, Ngari Faye, "tous sont là aujourd'hui pour dire leurs expériences, dire ce qui marche, identifier les bonnes pratiques pour qu'on puisse avoir un document de plaidoyer pour permettre la relance du sous-secteur".
Jeudi 24 Septembre 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :