Statut d’Observateur à Israël : l’UA suspend la décision de Moussa Faki Mahamat…


Le 35e sommet de l’Union africaine de ce week-end des 5 et 6 février devait se prononcer sur l’octroi d’un statut d’observateur à Israël. Mais la question n’a pas été vidée. Les chefs d’État ont décidé de différer le débat. Ce qui entraîne une suspension du débat sur un sujet qui risquait selon plusieurs analystes de diviser les pays membres si ce n’est déjà le cas.

En effet, après que le président de la Commission africaine, Moussa Faki Mahamat a décidé d’octroyer un statut d’observateur à Israël, des États comme l’Algérie et l’Afrique du Sud ont protesté et obtenu que la question soit discutée au cours du Conseil exécutif en octobre 2021. 

Les ministres des Affaires Étrangères de l’institution panafricaine ne s’étaient pas entendu et avaient préféré s’en remettre à la décision des chefs d’État.

À l’époque, une délégation du Fatah palestinien avait effectué une tournée dans quelques pays africains pour dénoncer ce qu’elle appelait une tentative d’infiltrer l’Union africaine par l’État Hébreux. 

Cette tournée a été bouclée au Sénégal et c’était l’occasion pour le Dr Davis Huriel Hyman et Kifah Harb Abdalqader d’interpeller directement le Sénégal de peser de son poids pour refuser à Israël ce privilège. Mame Moctar Guèye de l’ONG Jamra et Arfang Diouf qui préside l’Alliance nationale pour la cause palestinienne avaient invité l’État du Sénégal à assumer son statut de protecteur des droits inaliénables du peuple palestinien.

S’il est vrai que le Sénégal est resté très timide sur la question, l’initiative appartient désormais à Macky Sall pour amener l’UA  à trancher. Le président sénégalais qui vient d’être porté à la tête de l’organisation panafricaine pour une période d’un an dirigera le comité de chefs d'État chargé de formuler des recommandations au sommet de l’UA, rapporte l’Agence de presse algérienne lue à Dakaractu. Le chef de l’État du Sénégal partage ce comité ad hoc avec ses homologues de l’Algérie, de l’Afrique du Sud, du Rwanda, du Nigeria, du Cameroun et de la République démocratique du Congo.

Plus de soixante-dix pays, d’organisations régionales et organismes internationaux bénéficient de ce statut d’observateur auprès de l’Union africaine. C’est un statut qui les autorise à participer aux sommets, aux sessions du Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) et d’accéder à des documents de l’Union africaine. 
Lundi 7 Février 2022
Dakaractu




Dans la même rubrique :