Plus de 20 tonnes saisies entre mars et mai 2021: l’Afrique de l’Ouest ivre de résine de cannabis.

Ces dernières années, le trafic de drogue s’est développé à un rythme effrayant en Afrique de l'Ouest. En témoignent les saisies répétitives de quantités de stupéfiants non négligeables par les services de sécurité. Rien que pour ces deux derniers mois, plus de 20 tonnes de résine de cannabis (haschich) ont été saisies au Niger et au Mali.


Le 2 mars, 17 tonnes de cette drogue ont été découvertes dans un quartier périphérique de Niamey. D’une valeur de 20 milliards FCFA, la cargaison provenait du Liban. Elle a transité par Lomé grâce à une société indienne avant d’être transportée à Niamey. 

 

La Libye était sa destination finale, rapporte voaafrique.com  visité à Dakaractu. Treize personnes liées à ce trafic ont été arrêtées. Onze parmi elles sont de nationalité nigérienne tandis que les deux autres sont Algériens.

 

Plus de 2 mois après cette saisie record, les services de douane maliens réalisent une prouesse en mettant la main sur près de 5 tonnes de résine de cannabis dont la valeur marchande est estimée à 7 milliards FCFA. La Direction générale de la douane a fait l’annonce vendredi dernier, indiquant que la saisie a eu lieu dans un quartier de Bamako, mardi dernier. L’entrepôt dans lequel était cachée la substance interdite appartient à un homme d’affaires. 

 

Le trafiquant présumé a voulu faire passer la drogue pour du petit cola, du tabac ou encore du chicha. Un test a éclairé la lanterne des douaniers sur la nature de la marchandise.

Pays ouest-africain également affecté par le trafic de stupéfiant, le Sénégal a eu à faire d'importantes saisies ces dernières années. En avril 2020, plus de 5 tonnes de cannabis sont interceptées par la marine nationale dans un voilier en haute mer.

 

Mais c'est surtout en Afrique du nord que ce trafic connaît une croissance déconcertante. En 2020, la quantité de résine de cannabis saisie au Maroc s'élève à 217 tonnes 323 kg, révèle Apanews. 

 

En 2019, 37 tonnes de moins avaient été prises aux trafiquants qui ne lésinent pas sur les stratégies pour tenter de passer entre les mailles des filets des services de sécurité, d'où la hausse constatée en 2020.

Lundi 10 Mai 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :