Plaidoirie : Me Mbow disculpe les percepteurs municipaux et enfonce Khalifa Sall


Le procès Khalifa Sall a repris ce lundi matin, avec la plaidoirie de la défense de Mamadou Oumar Bocoum et Ibrahima Touré, tous deux inspecteurs du Trésor.
C'est Me Mamadou Guèye Mbow qui a ouvert le bal, au lendemain du réquisitoire du procureur, qui a requis la relaxe pour les percepteurs municipaux.
L'avocat a commencé son intervention, entrant immédiatement dans des détails de l'enquête et tentant de démontrer des "griefs de l'ordonnance de renvoi". 
Me Mbow conteste la thèse du Doyen des juges relative au delit de complicité d'escroquerie portant sur des deniers publics qui, plaide-t-il, "n'est pas fondé". Le conseil est revenu sur les "règles élémentaires en matière d'opération de dépense". Selon lui, le tribunal devait prendre connaissance des "dispositions en lien avec l'étendue de la responsabilité du comptable public dans une opération de dépense". Le conseil a rappelé les "principes d'incompatibilité entre les fonctions d'ordonnateur et de comptable public". L'avocat des percepteurs municipaux a soutenu que "l'ordonnateur (le Maire) est responsable de la légalité des certifications", quant à l'opération de dépense. "Il est l'auteur du mandat de paiement, estime Me Mamadou Guèye Mbow. Il a cherché à accréditer la thèse soutenue depuis le début par les comptables publics, Touré et Bocoum. "Mamadou Oumar Bocoum et Ibrahima Touré  ne sont en rien concernés par les faux justificatifs", plaide l'avocat. 
Pour lui, "les percepteurs municipaux ont eu raison de ne pas réclamer des pièces justificatives complémentaires et ne pouvaient contrôler le mode de paiement . "Il n'était pas possible, pour le percepteur, de s'assurer de la régularité du mode de paiement en numéraire. Ce mode de paiement (en numéraire) s'imposait parce que le Daf Mbaye Touré ne disposait pas de compte bancaire", a déclaré le l'avocat des comptables publics. Comme pour dire que s'il y a un responsable, c'est l'ordonnateur qu'est le Maire de Dakar, Khalifa Sall. 
Lundi 19 Février 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :
LE LAIT, TROP LAID ?

LE LAIT, TROP LAID ? - 24/05/2018