Modou Thiam, président de l'Union nationale interprofessionnelle des semences : " On aimerait que le paiement des semenciers puisse être anticipé... Sinon cela aura un impact sur la collecte..."


En marge de la cérémonie de lancement de la Foire internationale des semences et plants de Kaolack, le président de l'Union nationale interprofessionnelle des semences( Unis), Mr Modou Thiam, a invité les autorités à éponger les dettes des semenciers bien avant le mois d'octobre. " Nous avons des opérateurs qui se battent pour rassembler les semences que nous signons avec les producteurs. Et je pense que l'ensemble des quotas qui ont été signés avec les producteurs sont disponibles. Mais on aimerait que le paiement des semenciers puisse être anticipé parce qu'un semencier, c'est quelqu'un qui doit présenter un contrat au mois de novembre. Donc, nous demandons à l'État de rendre disponible le paiement des semenciers pour qu'au mois d'octobre les semenciers puissent être payés".

A le croire, " Si les semenciers ne sont pas payés, cela aura un impact sur la collecte. Et cet impact, qu'est ce que cela va créer? Ce sont des producteurs qui vont prendre leurs semences et les vendre à l'huilerie ou à la consommation et ce sera une déperdition qui peut même ralentir la reconstitution du capital semencier.

À la question de savoir si l'organisation de cette foire prévue du 7 au 13 mai, permettra aux agriculteurs d'avoir des semences de qualité, Mr Thiam d'informer. " Notre objectif, c'est de mettre à disposition entre 30.000 et 40.000 tonnes de semences certifiées ( arachides). Les autres variétés seront aussi prises en compte telles le maïs, le niébé, le mil, le fonio etc... "

À noter que l'année dernière, la région de Kaolack avait reçu une dotation de près de 10.000 tonnes de semences certifiées, selon le DRDR intérimaire de Kaolack, Mr Alassane Sow.
Mardi 24 Avril 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :