Marche pacifique : Les handicapés diplômés exigent le recrutement de leurs membres dans la fonction publique.


L'Association des Handicapés Diplômés du Sénégal ont battu le macadam pour exiger le recrutement de leurs membres diplômés dans la fonction publique ou dans d'autres structures de l'État selon leur profil professionnel.
Arborant des brassards rouges, ils ont tenu une marche pacifique ce vendredi 18 septembre 2020 en partant de la place de la nation ex-obélisque jusqu’au rond-point de la Rts.

« Aujourd'hui, nous interpellons le président Macky Sall afin qu'il prenne en charge notre revendication parce que nos démarches précédentes auprès des responsables du ministère de la fonction publique n'ont abouti qu'à des promesses sans lendemain », a fait savoir le président Serigne Guèye.

Il poursuit : « alors que certains d'entre nous ont leurs dossiers dans la fonction publique avec un ratio de 15% réservés aux handicapés diplômés. Or nous savons que le nombre des handicapés ayant des diplômes et un profil professionnel ne couvre même pas ce pourcentage ».
Donc depuis 2015, dénonce-t-il, avec les recrutements qui se font chaque année, le nombre de handicapés diplômés devrait être résorbé. Alors pourquoi, s’interroge-t-il, il y a encore des handicapés avec des diplômes et un profil professionnel au chômage au Sénégal?

À cet effet, ils ont laissé entendre que les différentes démarches effectuées auprès d'autres autorités de même que les correspondances adressées n'ont rien donné. C’est la raison pour laquelle, précise M. Guèye, nous en sommes arrivés à ces actions que nous avons entamées depuis lundi avec la déclaration que nous avions faite devant les bureaux de la fonction publique et aujourd'hui cette marche. « Nous exigeons le recrutement de nos membres diplômés dans la fonction publique ou dans d'autres structures de l'État selon leur profil professionnel. Parce que nous sommes des citoyens sénégalais ayant fait le nécessaire pour mériter ce minimum d'attention et comme tous les citoyens de ce pays, nous avons le droit au travail, à une vie descente et digne », a-t-il martelé.
 
Ainsi, ils demandent au Chef de l'État de prêter une oreille attentive à leur situation et d'y apporter les solutions idoines dans les plus brefs délais...
Vendredi 18 Septembre 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :