MBAR - Les jeunes attaquent tout le monde... la Mairie, le Conseil départemental et le Premier ministre


On ne peut être plus fâché que les jeunes de Mbar, une commune du département de Gossas, qui ont rudement attaqué les autorités à tous les niveaux qu'elles se situent. Même le sous-préfet n'a pas été épargné dès lors qu'il a installé un comité ad hoc de santé « sans être en mesure de lui imposer une règle de conduite qui recoupe d'avec la légalité. »
Selon Ibrahima Guèye, porte-parole des manifestants, la gestion de ce comité intérimaire est nébuleuse, parsemée d'irrégularités et complètement illégale du fait qu'il existe depuis 3 ans. Mis à part le fait que la structure médicale ne dispose que d'un seul Infirmier chef de poste '' absentéiste par excellence '', les jeunes s'étonnent des fréquents scandales liés à la gestion financière caractérisée par une nébuleuse jamais vidée.
Comme autre point majeur de la liste de revendications, Ibrahima Guèye et ses camarades évoqueront la gestion de l'eau avec une machine généralement en panne, une eau vendue excessivement chère le mètre-cube (200 francs) et une dette colossale tardivement épongée. La dernière facture s'élève à plus de 4 millions.
La mairie sera accusée de méconnaître les priorités, de verser toujours tardivement les subventions financières dues aux associations sportives et de ne jamais dégager les fonds de culture.
Le Conseil départemental sera, lui, attaqué pour n'avoir jamais levé le plus petit doigt pour construire le foyer des jeunes. Les jeunes demandent aussi au maire d'éclairer leur lanterne sur les 500.000 francs dégagés pour les étudiants et le million de la ristourne.
Mahammed Boun Abdallah Dionne recevra sa part '' du gâteau ''. Le Premier ministre, natif de Gossas, est critiqué pour n'avoir accordé '' aucune forme de respect à l'égard des populations de Mbar. Il n'y a jamais posé les pieds et n'a jamais rien fait pour la commune. Qu'il ne s'avise pas à mettre les pieds ici . Nous n'accepterons pas qu'il vienne nous faire les yeux doux parce que 2019 est là ''. Ils diront éprouver beaucoup de mal par rapport à la connexion internet. '' Les étudiants de l'Université Virtuelle ne parviennent pas à télécharger leurs cours. ''
Lundi 19 Février 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :