Lutte contre le coronavirus au Burkina Faso : Deux essais cliniques lancés avec la chloroquine et un phytomédicament, l'unité de production de chloroquine réhabilitée.


Pour endiguer la maladie à coronavirus, le Burkina Faso a décidé d'engager la bataille sur le terrain de la recherche. Dans cette dynamique, le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation a annoncé le démarrage de deux essais cliniques visant à traiter la pandémie et de couper la chaîne de contamination.

Une équipe de chercheurs de l'Institut de recherche en sciences de la santé (CNRST/IRSS) lancera bientôt deux essais cliniques pour évaluer l'efficacité de trois produits dans le traitement de la maladie à coronavirus.

Le premier essai appelé Chloraz sera dirigé par le Dr Halidou Tinto, directeur de l'Unité de recherche clinique de Nanoro et vise à évaluer l'efficacité et la sécurité de l’utilisation de la Chloroquine et de la combinaison Chloroquine+azythromycine dans le traitement de l'infection au Burkina Faso.

Selon le ministre de la Recherche, cette étude permettra d'explorer la possibilité de conduire une détection active des contacts des patients infectés au niveau communautaire afin d'entreprendre des traitements de ces derniers dans le but de couper la chaîne de transmission au niveau communautaire. Les chercheurs s'attaqueront ensuite à l'équation de savoir si quelqu'un qui a été déjà infecté par le covid 19 est protégé d'une réinfection et éventuellement savoir la durée de la protection.

La deuxième étude, renseigne le même communiqué, portera sur un essai clinique dénommé API COVID 19. Elle sera conduite au Burkina Faso et au Bénin. Elle sera mise à profit par les chercheurs pour évaluer l'efficacité clinique et virologique d'un médicament à base de plante (phytomédicament) appelé APIVIRINE chez les patients atteints de Covid 19. Dirigée par le le Dr Sylvain Ouedraogo, directeur de recherche en Pharmacologie et directeur de l'IRSS, cette étude sera conduite au Burkina Faso par le professeur Martial Ouedraogo qui n'est personne d'autre que le coordinateur du comité national de réponse au coronavirus.

Le communiqué rappelle que l'Apivirine est un antirétroviral, antiviral qui est efficace sur plusieurs virus dont celui du VIH /Sida et utilisé depuis près de 20 ans et présentant à ce jour un bon profil de sécurité. Il s'y ajoute que des malades atteints du Covid 19 l'ont déjà utilisé et ont obtenu des résultats satisfaisants.

Selon le ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, les malades ont obtenu l'amélioration de leur état de santé allant de l' amendement rapide des symptômes à la négativation du test de dépistage de coronavirus après traitement. 

Par ailleurs, d'autres produits proposés par les tradipraticiens du Burkina Faso sont en exploration, poursuit le communiqué. Ces deux études sont soutenues par le gouvernement du Burkina Faso.

En outre, il est annoncé la réhabilitation de l'unité U-PHARMA de l'IRSS/CNRST habilitée à produire la chloroquine et le paracétamol. Ce qui permettra d'avoir une production quotidienne de 200.000 comprimés de chloroquine et de paracétamol.

Le Burkina Faso est l'un des pays africains les plus touchés par le Covid 19. Il a la particularité de compter dans le rang de ses cas positifs, des ministres. Parmi les décès enregistrés, figure la vice-présidente de l'Assemblée nationale...
Samedi 28 Mars 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :