Liberté de la presse : Les recommandations du doyen Mademba Ndiaye aux jeunes journalistes.


Il est des moments favorables au regroupement des doyens du métier de journaliste, de ceux qui ont intégré les directions et autres agences de communication et aussi de reporters qui ont encore la main à la pâte. Celle d’aujourd’hui marquant la Journée mondiale de la liberté de la presse en fait partie. Et elle a eu le mérite d’avoir réuni, au détour d’un sit-in, quasiment tous les âges. Du cadet, aujourd’hui en stage au senior qui a quitté la barque pour d’autres défis. Parmi ces derniers, l’on peut identifier le doyen Mademba Ndiaye. Ancien Secrétaire général du Synpics, il est depuis plusieurs années le chargé de communication principal du Bureau de la Banque mondiale pour le Sénégal, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Cap-Vert et la Gambie.
 
Accroché alors qu’il était venu rehausser de sa présence cette manifestation, le voilà qui, au micro de Dakaractu, rappelle au journaliste son rôle, son devoir et les limites de sa profession. ‘’Le journaliste doit agir en respectant l’éthique et la déontologie qui font qu’on lui donne le titre de journaliste. Cela passe par la collecte, le traitement et surtout l’usage d’un langage respectueux’’. Cependant, Mademba Ndiaye dit avoir remarqué des faits qui, à ses yeux, entachent l’image de la fonction de journaliste. ‘’Il se trouve aujourd’hui, que beaucoup de personnes qui se réclament journalistes n’ont pas les compétences ni la formation requise. On en voit qui, du jour au lendemain, se réclament de ce corps ou se permettent de créer leur site d’information et de dire tout ce qui leur plaît sans aucune sanction’’.

Dans l’élément qui suit, le voilà qui parle de la liberté d’expression, de la profession de journaliste régie par des règles et surtout d’une exigence majeure : Le respect de la vérité.
Mardi 4 Mai 2021
Dakaractu




Dans la même rubrique :