Lettre ouverte d’un élu local au Président de la République, sur le litige foncier à Ndengler.


Lettre ouverte d’un élu local au Président de la République, sur le litige foncier à Ndengler.

Excellence Monsieur le président de la République,

 

Pour rappel, le 4 décembre 2012, le Conseil rural de Sindia délibéra sous le n° 05/CRS, sur un terrain de 300 ha, situés dans le village de Djilakh, au profit de la Sédima de Monsieur Babacar Ngom (conf. Acte de délibération).

 

Excellence Monsieur le président de la République,

 

Le 23 avril 2015, vous avez signé le décret n° 2015-548 portant déclassement dudit terrain du domaine national de 224 ha 95a et 33ca, pour son attribution par voie de bail.

Par ailleurs, une partie du terrain faisant l’objet d’attribution à la Sedima (75ha), a toujours été exploitée depuis plus d’une centaine d’années par des paysans de Ndengler, de la Commune de Ndiaganiao ; constituant leur unique source de revenu.

 

Répondant à la Sedima et à ceux qui disent que les terres appartiennent à l’actuelle Commune de Sindia, je dirai, 

 

Excellence Monsieur le président de la Républiquequ’il est de coutume dans nos contrées sérères d’avoir des terres dans d’autres villages voisins et de les cultiver sans aucune difficulté. En plus, ici la délimitation entre les communes de Sindia et de Ndiaganiao dans cette zone pose problème car n’étant pas clairement spécifiée par 

l’autorité compétente.

 

Excellence Monsieur le président de la République,

 

À la lumière de ce qui précède, il est évident que le Conseil rural de Sindia, à l’époque, a commis une erreur qui le rattrape aujourd’hui, en ouvrant pas des concertations avec les propriétaires terriens de Ndengler qui ont toujours exploité ces terres depuis plusieurs générations.

 

De même, au vu du bail accordé par l’Etat du Sénégal le 16 septembre 2014, qui stipule dans la partie des obligations du preneur « Le preneur devra édifier sur la parcelle louée, un immeuble à usage industriel, dans le délai maximum de trois ans à compter de la date de notification de l’approbation du bail, conformément (aux règles d’urbanisation du secteur) à la destination de la parcelle », Sedima n’a pas de bâtiment à usage industriel dans la partie litigieuse, donc n’est plus propriétaire de ce terrain.

 

De ce fait, j’ose penser que vous n’avez pas reçu toutes les bonnes informations avant la signature du décret cité plus haut.

 

Excellence Monsieur le président de la République,

 

Considérant cette injustice dont ces braves paysans sont victimes ; -des personnes qui n’ont jamais tendu la main à l’Etat, mais qui se démènent comme de beaux diables chaque année, pour cultiver les terres de leurs aïeuls et en assurer la survie à leurs progénitures ;

Je vous prie solennellement, Excellence 

 

Monsieur le président de la République ;

 

En tant que père de la nation, d’intervenir directement dans cette affaire et d’arrêter les agissements de Monsieur Babacar Ngom et sa société, et de retourner à ces vaillants paysans de Ndengler leurs terres, dans un contexte où l’hivernage s’est installé à Ndengler, comme dans la plupart des contrées du pays, afin d’éviter des affrontements dans la zone et une famine.

 

Tout en espérant un dénouement heureux par votre implication sur cette affaire, recevez, Excellence Monsieur le président de la République, mes salutations déférentes.

 

Augustin Hamad Ngom

Conseiller municipal à la Commune de Ndiaganiao

Mercredi 1 Juillet 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :