"Le Grand Bégué" à l'AccorHotels Arena de Paris : Pape Diouf sur les traces de Youssou Ndour


"Le Grand Bégué" à l'AccorHotels Arena de Paris : Pape Diouf sur les traces de Youssou Ndour
Ce samedi, le lead vocal de la Génération consciente sera à Paris pour un concert événement à l’AccorHotels Arena de Paris. "Un grand moment" en perspective pour l'artiste Pape Diouf, qui découvre ce 13 octobre la grande salle de Bercy. Sa dernière tournée internationale lui fait prendre la mesure de ce succès au point de "ne pas avoir les mots pour la décrire", confie-t-il. Ils étaient des dizaines à l’attendre à Orly pour une arrivée royale à l’aéroport ce vendredi matin. 

Pape Diouf revient en région parisienne avec son incontournable évènement en collaboration avec Djad Production, Kimia-aya Prod et Soubatel. Après un succès au Zenith en 2013, le "Grand Bégué" s’installera à Paris pour la deuxième fois. "L’idée du Grand Bégué est née de la volonté́ de vendre la destination Sénégal. Nous voulons aussi recréer à Paris les notes du célèbre groupe Lemzo Diamono. Il sera un évènement incontournable", a promis Pape Diouf à sa sortie de l'aéroport d'Orly. L'artiste veut explorer toutes les dimensions de la musique sénégalaise en réunissant sur la scène de Bercy une pléiade d’artistes invités. Au grand bonheur de la diaspora sénégalaise et africaine en Europe.

Son appartenance à la banlieue dakaroise, il la revendique. "Impossible de faire sans en même temps". A Pikine, il a grandi "dans un quartier populaire", entouré de Sérères, de Toucouleurs, de Wolofs, entre autres ethnies. Des Sérères, il a gardé l’habitude des dédicaces qu’il multiplie dans ses morceaux. Comme tous les artistes de sa génération, il suit ce qui se fait au plus haut niveau. Baba Maal, Ismaïla Lô, Omar Pène et bien sûr Youssou Ndour avec qui il collabore sur ses titres. La nouvelle icône de la musique sénégalaise marche allègrement sur les traces de son illustre aîné et idole, le lead vocal du Super Étoile. 

Nouvelle icône de la musique sénégalaise, l'ouragan de Pikine garde la tête froide devant le succès du Grand Bégué au Zenith de Paris en 2013. Pour l’instant pas question de jouer les mentors avec les artistes de la nouvelle génération sénégalaise comme c’est devenu la coutume dans le milieu du mbalax. Humble, il se dit "trop fébrile pour l’instant pour transmettre ses valeurs et ses connaissances, avoir encore beaucoup à apprendre", avant de prendre un "petit" sous aile...
Vendredi 12 Octobre 2018
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :