La libération des personnes arrêtées : l’autre combat de l’opposition qui a marché pour le départ de Aly Ngouille Ndiaye (communiqué)


Ce vendredi 9 mars 2018, le gouvernement de Macky Sall a sauvagement réprimé les manifestants pacifiques qui à l’appel de l’IED ont voulu accompagner des délégations désignées à cet effet pour déposer des lettres de protestation au ministère de l’intérieur, auprès de Son Eminence l’archevêque de Dakar,  de l’association des imams et oulémas et au Médiateur de la République pour exiger la démission d’Aly Ngouye Ndiaye en sa qualité de ministre chargé des élections et la mise en place d’une Autorité indépendante chargée d’organiser et de superviser les élections au Sénégal.
L’IED condamne avec la dernière énergie cette répression et exige la libération immédiate des personnes arrêtées parmi lesquelles figurent des députés élus à l’Assemblée Nationale. L’IED réaffirme que le droit de manifester est un droit constitutionnel et n’acceptera jamais qu’un arrêté brandi par le préfet lui dénie ses droits.
L’IED appelle le peuple sénégalais à s’engager pour mener le combat pour des élections démocratiques, la paix et la stabilité du pays et appellera à d’autres manifestations jusqu’à la satisfaction de ses revendications légitimes.
Fait à Dakar le 9 mars 2018
Le Groupe dirigeant
 
Vendredi 9 Mars 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :