LONGUES DÉTENTIONS PROVISOIRES, MANDATS DE DÉPÔT : Les détenus se lamentent sur leur sort devant les juges

Les détenus demandent à être jugés très rapidement. A les en croire, ils veulent une seconde chance pour se réintégrer dans la société.


Son chagrin est immense. Il se lit sur son visage. Le coeur rempli de tristesse et de remords. Il a exposé ses doléances devant les juges. Lui, c’est le chef de secteur numéro quatre de la maison d’arrêt de Rebeuss. Sans dévoiler son nom, il a plaidé pour tous les détenus qui croupissent depuis des années sous les geôles infernales du Sénégal, attendant impatiemment leur jugement. « Je suis en détention provisoire depuis 2011. Donc, cela fait plus de 5 ans que j’attends d’être jugé. Mon dossier est dans le juge d’instruction du premier cabinet », renseigne l’homme sous le couvert de l’anonymat.
A l’en croire, nombreux sont les détenus qui sont dans la même situation que lui. « Jugez-nous s’il vous plait. Nous méritons d’avoir une seconde chance pour réintégrer la société. Nous voulons rentrer chez-nous », implore-t-il devant la délégation de l’Union des Magistrats du Sénégal (UMS) qui est venu leur apporter des matelas et des ventilos. A l’en croire, même si les conditions de détention s’améliorent de jour en jour, la liberté n’a pas de prix. Et, poursuit-il, rester entre quatre murs tout le temps n’est jamais facile. « Nous voulons qu’on nous juge. Nous déplorons vraiment les longues détentions provisoires et nombreux mandats de dépôt », déclare-t-il, la voix triste. Il a, cependant, au nom de tous les détenus, magnifié les actions posées par l’UMS. Ces matelas, dit-il, permettront aux prisonnies de dormir d’un sommeil juste et tranquille.
Samedi 20 Janvier 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :
MOI FALLOU SENE !

MOI FALLOU SENE ! - 26/05/2018