Entretien / Pape Ibrahima Faye crache ses vérités : « Il y a de trop laisser faire à l’UGB, alors que les universités coûtent très chères à l’État »


Dans cet entretien avec Dakaractu, le directeur du Centre régional des œuvres universitaires et sociales de l’université Gaston Berger de Saint-Louis crache ses « vérités » par rapport à la situation que traverse Sanar depuis quelque temps. 

Pour Pape Ibrahima Faye, contrairement à ce que pensent les gens, l’UGB n’est pas confrontée à un problème de sécurité. Mais seulement qu’il y a eu trop de relâchement qui a fini d’impacter le tissu social et les conditions d’études au sein de l’université.

« Il n'y a pas d’insécurité à UGB, mais seulement qu’il y a eu trop de laisser aller au sein de l’université. Ce n’est pas le monde extérieur qui agresse l’université. Le problème est interne. Et je pense que pour éradiquer ce phénomène, les étudiants ont un rôle important à jouer. Mais le problème à l’université Gaston Berger c’est qu’il y a eu trop de laisser faire et cela va s’arrêter.  Car ce sont les mêmes étudiants qui protègent les faiseurs de trouble. On ne reconnait plus ceux qui sont des étudiants et ceux qui ne le sont pas. Car depuis 1990, il n’y a pas eu de codification à l’UGB et aujourd’hui le nombre d’étudiants est supérieur au nombre de places disponibles. Ce qui nécessite des mesures rigoureuses que nous allons bientôt mettre en branle pour une résolution définitive du problème », a laissé entendre le directeur du Crous.

Par ailleurs, revenant sur la sortie récente de la coordination des étudiants de Saint-Louis qui réclamaient son départ ainsi que celui du recteur Ousmane Thiaré, Pape Ibrahima Faye estime que le rôle de l’étudiant c’est d’aller à la quête de l’excellence et non de s’attaquer à ses supérieurs hiérarchiques.  

« Je n’accorde pas de crédit à leurs propos. Nous attendons d’eux d’excellents résultats pour perpétuer l’excellence au sein de l’université. Mais non de s’attaquer à des personnes surtout leurs supérieurs administratifs. Et c’est vraiment désolant qu’on soit arrivé à ce niveau très bas au sein de l’université Gaston Berger de Saint-Louis. Toutefois, il faut signaler que ce n’est pas le cas pour tous les étudiants. Maintenant, il faut s’interroger sur le cas de ces étudiants qui alimentent ces débats dans l’université. Notre souhait c’est de voir tous les étudiants réussir. Mais s’il y a aussi lieu de prendre des mesures pour mettre fin à certaines pratiques, nous le ferons sans hésitation. Parce que c’est pour cela que nous avons été choisis », a souligné Pape Ibrahima Faye, entres autres points abordés au cours de cet entretien...
Mercredi 27 Avril 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :