Covid-19 : L’Oms note l'Afrique et dresse le bilan d’un an de présence de la maladie dans le continent noir...


"Le 14 février marque donc le premier anniversaire de la confirmation du premier cas de covid-19 en Afrique. Aujourd'hui, nous allons donc revenir sur une année de réalisations. Les défis de l'apprentissage alors que l'Afrique a répondu à la pandémie", là sont les propos introductifs de la Directrice régionale de l’Organisation mondiale de la Santé (Oms) pour l’Afrique, qui présidait une conférence de presse virtuelle ce jeudi 11 février 2021. 
 
Dr Matshidiso Moeti, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, est revenue, à quelques jours de l’an 1 de la présence de la Covid-19 sur le sol africain, sur le bilan de la maladie, les efforts fournis par l’Oms, entre autres. ‘’Au cours de la première année de cette pandémie en Afrique, plus de 3,7 millions de cas ont été signalés. Et dans les semaines à venir, le continent devrait passer le cap dévastateur des 100 000 décès causés par le coronavirus. Le continent africain ne renferme que 3,5 % des cas et 4 % des décès dans le monde’’. 
 
Et selon elle, ‘’au cours de l'année 2020, l'Afrique a connu deux vagues de Covid-19. La première a été contenue de manière relativement efficace grâce à des mesures sociales telles que la fermeture des frontières et la recommandation de rester chez soi, qui ont coûté très cher, nous l'avons déjà dit. Mais aussi des partenariats innovants, notamment avec le secteur privé, les forces de défense et de sécurité et la persévérance des communautés africaines’’. À ce titre, ‘’pour surmonter les pénuries de fournitures essentielles, l’Oms et ses partenaires ont créé, à titre d'exemple, le portail d'approvisionnement des Nations Unies qui a permis d'expédier plus de 3 400 concentrateurs d'oxygène, 70 millions d'articles d'Equipement de protection individuelle (Epi) et 12 millions de tests de laboratoire aux pays africains’’, a-t-elle rappelé.
 
Relativement à la deuxième semaine qui semble avoir débuté en janvier, ‘’elle a été bien plus meurtrière que la première’’, a confié le Dr Moeti. Pour preuve, ‘’les décès dus à la Covid-19 ont augmenté de 40 % au cours des 28 derniers jours par rapport aux 28 jours précédents’’. La hausse de la mortalité due à la Covid-19 s’expliquerait par une forte recrudescence des cas face à la situation où les travailleurs de la santé et les systèmes de santé de nombreux pays sont dangereusement débordés. 
 
‘’Les pays africains ont relevé le défi de la Covid-19’’
 
La directrice régionale de l’Oms pour l’Afrique de rappeler que ‘’cette semaine, l'Afrique du Sud a annoncé dans un premier temps qu'elle interromprait le déploiement du vaccin Oxford AstraZeneca en raison d'une étude indiquant que le vaccin est moins efficace pour prévenir les infections légères et modérées par la nouvelle variante qui domine dans le pays. Le gouvernement a également annoncé qu'il utiliserait désormais ce vaccin, mais dans des conditions d'essai parmi tous les travailleurs de la santé, afin que nous puissions disposer de meilleures données sur l'impact de ce vaccin sur les formes les plus graves de la maladie’’. 
 
L’autorité régionale a signalé, en définitive, que ‘’les pays africains ont relevé le défi de la Covid-19’’. Elle note, toutefois, que ‘’le coût est énorme pour les économies nationales, pour les moyens de subsistance des familles et pour le développement du continent en Afrique subsaharienne. L'année dernière, rappelle toujours Dr Moeti, le Pib (Produit intérieur brut) a chuté de 2,6 % et le Fmi (Fond monétaire international) qui prévoit que l'Afrique sera la grande région à la croissance la plus lente en 2021’’. 
 
Toutes choses qui lui ont fait dire que ‘’les conséquences socio-économiques de cette pandémie auront donc des répercussions continues pendant plusieurs années dans les pays africains’’.
Jeudi 11 Février 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :