Annulation de la dette de l'Afrique : Les acteurs misent sur les religieux pour atteindre la collectivité.


Le Cadre Unitaire de l'Islam au Sénégal s'est réuni, ce mercredi 09 septembre 2020, autour de la table pour discuter avec le Comité d'Initiative pour l'annulation de la dette dans le cadre du projet de l'annulation de la dette de l'Afrique. 
Lors de cette réunion, les membres dudit comité ont fait le premier pas et comptent sur les religieux pour atteindre la collectivité et la communauté tant dans le pays, en Afrique, que dans le monde.

El Hadj Momar Samb, membre du comité d'initiative pour l'annulation de la dette, a souligné que ce cadre unitaire est un rempart, une organisation fédératrice de toutes les sensibilités, de toutes les familles religieuses et de tous les mouvements islamiques dans ce pays et qui a un rapport avec les mouvements autres que l'Islam et le Christianisme et constitue pour eux une voie par laquelle, ils doivent passer nécessairement pour accéder, au-delà même des familles religieuses, à la communauté et à toute la nation sénégalaise. Ainsi, M. Samb reste convaincu que la nation sénégalaise a une particularité d'être une nation de croyants fondamentalement. Et quiconque veut aboutir à un projet de cette envergure ne peut pas ne pas passer par eux.

Selon lui, cette structure est une voie de passage pour leur permettre d'atteindre la collectivité dans le pays, mais également à travers le monde. " La manière dont cette dette a été construite en fait un fardeau et une dette à la limite éternelle", a-t-il relevé.

Il ajoute : " imagine le cas du Sénégal qui a 8000 milliards de dettes. Et si on tire cette somme pour payer les services de la dette alors que les populations sont en train souffrir". Dans le cadre de cette pandémie, précise-t-il, ces besoins sont beaucoup plus prégnants et beaucoup plus urgents. "Le besoin le plus urgent est un besoin de survie, de lutter contre la maladie, préserver les vies humaines et renforcer notre système sanitaire", a laissé entendre El Hadj Momar Samb.

À l'en croire, les pays africains ont besoin de cet argent pour faire face à l'urgence économique et sociale. Parce que, explique M. Samb, les usines sont fermées, des travailleurs sont à la rue et il y a des salariés qui ne sont pas payés.

Pour lui, il est temps que la communauté nationale, africaine et internationale se lève pour promouvoir l'annulation de la dette afin de permettre à l'Afrique de respirer, de se reconstruire et de se reconstituer. "Nous avons un grand espoir que cette organisation va porter le message, parce qu'ils ont les capacités, les compétences et ils ont les surfaces à tous les niveaux qui vont nous permettre d'impacter fondamentalement et fortement dans cette communauté."

Une pétition a été lancé dans ce cadre, et cette pétition est selon lui, un moyen de rendre visible la mobilisation et l'adhésion des populations par rapport à ce projet. 

Pour sa part, le Président du Cadre Unitaire de l'Islam au Sénégal a considéré que la dette est illégale au plan islamique et religieux. "Comme le dit le Coran, il est interdit de faire de l'usure (riba) mais il est recommandé de faire du commerce. Nous voulons que toute forme d'aide à nos pays soit faite sous forme de commerce, de partenariat gagnant-gagnant entre le nord et le sud ", a-t-il dit. 

À cet effet, Serigne Cheikh Tidiane Sy a fait savoir que sa structure s'est portée volontaire pour venir en aide à ce comité "nous allons porter ce combat et nous serons des porte-voix au niveau des différentes communautés religieuses que comptent ce pays, mais aussi auprès des autorités religieuses", a t-il fait savoir.
Mercredi 9 Septembre 2020
Dakaractu




Dans la même rubrique :