Abus de confiance : Ababacar Diop perd son R+5 après avoir signé une convention d'hypothèque sur une durée de 30 ans


Abus de confiance : Ababacar Diop perd son R+5 après avoir signé une convention d'hypothèque sur une durée de 30 ans
L'affaire qui avait pollué l'atmosphère à la cité Keur Gorgui a finalement atterri devant le tribunal de Dakar. Le fonctionnaire, Ababacar Diop a traduit son ami Modou Dieng et le sieur Mor Talla Diop pour escroquerie et association de malfaiteurs. Le présumé fonctionnaire qui est propriétaire d'un immeuble R+5 situé à la cité Keur Gorgui a déclaré avoir signé devant notaire, une convention d'hypothèque pour une durée de 30 ans sans se rendre compte des conséquences qui en résulteraient.
Devant la barre, il a fait savoir au juge que la durée de la convention d’hypothèque était d’une année contrairement à ce qui s'est finalement passé.
En effet, Ababacar Diop voulait aider son ami Modou Dieng qui avait besoin d’une importante somme d’argent pour son projet. D'après ses dires, le sieur Dieng lui a dit qu'il avait une ligne de crédit entre la Sococim et la banque.
« Il est venu me voir dans mon bureau pour me dire qu'il a juste besoin de l'argent pour un projet très urgent. D'ailleurs, il a ajouté qu'il disposait de lignes de crédit, c'est pour cette raison que j'ai accepté de signer la convention devant un notaire », a-t-il confié au juge.
À son tour, le sieur Modou Dieng n'a pas nié les faits, il dit avoir fait les démarches pour que son ami lui prête de l'argent pour son projet. Un an après, le fonctionnaire Ababacar Diop, bouleversé, malmené et dominé par la situation, finira par les traduire devant le tribunal des flagrants délits.
À la question du juge de savoir pourquoi il a accepté de signer cette convention devant le notaire d'autant plus qu'il a eu à lire le contrat ? Il déclare ceci : 
« Je l'ai fait par naïveté mais il m'avait promis de me donner 12 millions par an », dira-t-il.
Interpellé pour la énième fois, Ababacar Diop a déclaré avoir reçu 12 millions FCFA des prévenus par moratoire pour la première année. Voulant récupérer coûte que coûte son argent, il s’est rendu à la banque et c’est là-bas qu’on lui fera savoir que les mis en cause ont emprunté 340 millions FCFA alors qu'il devait rembourser 250 millions FCFA.
Dans sa plaidoirie, l'avocat de la partie civile a retenu des faits orchestrés pour faire subir un préjudice à son client. Il précise que les choses sont claires, parce que cette signature avait été effectuée devant un notaire et devrait être renégociée. Sur ce, il a réclamé 300 millions FCFA en dommages et intérêts.
Dans son réquisitoire, le maître des poursuites a précisé que les faits pour lesquels, Mor Talla Diop et Modou Dieng sont poursuivis ne sont pas établis.
Pour la défense, il y avait bel et bien une manœuvre frauduleuse qui a poussé leur client a signer cette convention.
Au terme des débats d’audience, le tribunal leur a accordé une requête en relaxant les prévenus et rejeté la demande de 300 millions FCfa en guise de préjudice pour Ababacar Diop...
Vendredi 29 Avril 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :