Sierra Leone: les autorités dénoncent une tentative de coup d'Etat dimanche


De hauts responsables sierra-léonais ont estimé mardi que les troubles qui ont fait 21 morts dimanche à Freetown étaient le fruit d'une nouvelle tentative de coup d'Etat en Afrique de l'Ouest, impliquant des soldats et des gardes de l'ancien président Ernest Bai Koroma.

Les instigateurs du coup de force qui a secoué la capitale dimanche et aussi fait sortir de prison des centaines de détenus ne sont cependant pas identifiés et aucun lien n'est établi à ce stade avec M. Koroma, prédécesseur entre 2007 et 2018 de l'actuel chef de l'Etat Julius Maada Bio, ont-ils indiqué.

Ces responsables ont livré à la presse le compte rendu le plus détaillé à ce jour des troubles survenus dimanche, dont les autorités s'étaient gardées jusqu'alors de qualifier la nature.

Ils ont aussi réaffirmé que les autorités contrôlaient la situation, alors que des coups de feu, tirés selon eux lors de l'arrestation d'un suspect, ont à nouveau suscité l'effroi dans la capitale mardi.

"Nous avons ouvert une enquête pour une tentative de coup d'Etat qui a échoué", a dit le chef de la police William Fayia Sellu. "Un groupe de gens ont tenté de renverser le pouvoir en place en utilisant la force", a-t-il dit.

Aux premières heures de dimanche, des hommes ont attaqué une armurerie militaire, deux autres casernes, deux prisons et deux postes de police, affrontant les forces de sécurité les armes à la main.

Les combats ont fait 21 morts, dont 14 soldats, un policier, un gardien de prison, un agent de sécurité, une femme et trois assaillants, a déclaré le ministre de l'Information Chernor Bah.

- "Belle récompense" -
Plus de 2.200 détenus sont sortis de prison, dont 124 y sont retournés depuis, a dit le colonel Sheikh Sulaiman Massaquoi, chef des services pénitentiaires.

Treize militaires et un civil suspectés d'être impliqués dans le coup de force sont en détention, a dit le ministre de l'Information. Les autorités ont indiqué mener une "chasse à l'homme" pour retrouver d'autres suspects.

La police a publié mardi les photos et les noms de 32 hommes et 2 femmes recherchés comme "fugitifs", dont des soldats et des policiers en activité ou à la retraite. Et promis une "belle récompense" à quiconque fournira des informations conduisant à leur capture.

Un nombre significatif de rebelles sont d'anciens gardes de l'ex-président Ernest Bai Koroma, a dit le chef d'état-major, le lieutenant-général Peter Lavahun. Il a invoqué les investigations toujours en cours pour se garder de se prononcer sur une implication de M. Koroma.

Il a aussi reconnu que les meneurs restaient à identifier.

Les responsables ont indiqué, comme le suggéraient des photos circulant sur les réseaux sociaux, qu'un ancien membre de la garde rapprochée de M. Koroma comptait parmi les personnes tuées.

- La Cedeao "prête" -
M. Koroma, qui vit dans la capitale, avait condamné les violences dimanche dans un communiqué, et rapporté qu'un caporal assigné à sa garde avait été tué par balle dans le périmètre de sa résidence.

Les responsables ont reconnu que, contrairement aux premières déclarations gouvernementales, les rebelles avaient réussi à mettre la main sur des armes.

Les services de sécurité ont récupéré deux véhicules avec des lance-roquettes et des fusils automatiques à la périphérie de Freetown, ont-t-il ajouté. Mais ils ont reconnu ignorer ce qui se trouvait encore dans la nature.

Ces évènements ont immédiatement réveillé le spectre d'un nouveau coup d'Etat dans une Afrique de l'Ouest qui, depuis 2020, en a connu au Mali, au Burkina Faso, au Niger et en Guinée, tous parmi les 15 pays membres de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao), comme la Sierra Leone.

Le chef de l'Etat sierra-léonais a reçu lundi une délégation de haut niveau de la Cedeao et du Nigeria, poids lourd de la région qui exerce actuellement la présidence de l'organisation, selon des images diffusées par ses services mardi.

La Cedeao est prête à déployer en Sierra Leone "des éléments régionaux si nécessaire", a dit le président de la Commission du bloc ouest-africain, Omar Alieu Touray, sans préciser de quels "éléments" il parlait.

Le ministre de l'Information sierra-léonais a cependant assuré qu'à ce stade, Freetown n'était pas demandeuse d'un tel déploiement.
Mardi 28 Novembre 2023
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :