Sécurité routière et urbanisation: ABIDJAN nous fait la leçon


Abidjan,capitale économique de la première économie de la zone Franc : la Côte d’Ivoire  compte 8 000 000 d’ habitants sur 2 200 km2 , soit 21,5 % de la population du pays, et représenterait 60 % du produit intérieur brut du pays. Comme toutes les villes africaines, le  parc automobile vétuste   émet trop de gaz carbonique et les véhicules fonctionnant au gasoil dégagent trop de souffre. Le système de transport collectif n’y échappe pas avec un parc amorti et hors normes.
 
  Forte industrialisation avec le port d’Abidjan,  urbanisation galopante, siège des  grandes banques internationales dont la BAD et  la BRVM, la métropole d’Abidjan ne maitrise plus son urbanisation entre quartiers huppés du Plateau, vitrines de la modernité  et l’hypertrophie des communes d’Adjamé et de Yopougon. Le premier centre d’affaire de l’Afrique de l’Ouest voit une demande explosive  de  mobilité que les autorités administratives n’arrivaient plus à maîtriser  malgré la mise en place de  l'Autorité de la Mobilité Urbaine du Grand Abidjan (AMUGA
Le futur métro d’Abidjan en mode PPP et le BRT sont les premières réponses structurelles cependant elles n'offraient pas de réponse immédiate et forte pour atténuer la pollution provoquée  par le système de  transport artisanal complètement informel  qui s’est développé pour desservir les populations des quartiers périphériques et la banlieue abidjanaise.   
 
Face à ce défi titanesque de restructuration globale et de modernisation  du réseau de transport en commun, les autorités ont mis en œuvre un projet innovant – la première dans toute l’Afrique – de mobilité verte avec l’introduction de  véhicules tout électrique avec les  bus et les autobus de toute la régie des transports publics à Abidjan. 
Avec ce projet  les autorités ont fait d’une pierre deux coups : forcer le renouvellement du parc de transport et décarboner tout le système de transport public avec objectif zéro émission de Co2 à l’orée de 2035.   On n’anticipe autour de la lagune ébrié  le futur de la mobilité urbaine avec le ministère de l’Environnement ivoirien  qui cible surtout les transports en commun et les taxis. La transformation de la capitale ivoirienne se fera avec les énergies vertes  sans soufre ni plomb donc zéro  émission de gaz à effet de serre
Les véhicules administratifs suivront les bus et taxis ainsi  Les fonctionnaires ivoiriens auront  la possibilité d’acquérir des voitures électriques à prix réduits. 
Alors qu’à Dakar nous en sommes à notre énième décision administrative   de forcer la mise en fourrière des cars rapides et diaga ndiaye, Abidjan force son destin et anticipe son  futur grâce  à une vision, une ambition et surtout une volonté politique inébranlable.   
 
 
                                                                           Moustapha DIAKHATE
                                                                           Ex Cons. Spécial PM
                                                                       Expert et Consultant Infrast.
Mercredi 11 Janvier 2023
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :