Recours possible au travail forcé : les États-Unis interdisent les importations de trois entreprises


Les douanes utilisent la loi sur les sanctions pour cibler trois entreprises qui, selon l'agence, utilisent des travailleurs nord-coréens, qui sont supposés être des travailleurs forcés sauf preuve du contraire.
Un quartier de Dandong, en Chine, une ville située à la frontière avec la Corée du Nord, abrite des entreprises qui commercent avec Pyongyang.
Le service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis a interdit les importations de trois entreprises, dont un fournisseur d'entreprises de vêtements occidentales, qui, selon l'agence, pourraient avoir recours au travail forcé nord-coréen.
Dans le cadre d'une vaste opération de répression des marchandises fabriquées avec du travail forcé, les douanes ont déclaré qu'elles avaient utilisé une loi de 2017 qui imposait des sanctions à la Corée du Nord pour retenir les importations de trois entreprises : Jingde Trading Ltd, Rixin Foods Ltd et Zhejiang Sunrise Garment Group Co. Les douanes ont déclaré avoir trouvé des indications selon lesquelles ces trois entreprises utilisent des travailleurs nord-coréens, qui, selon la loi américaine, sont supposés être des travailleurs forcés, sauf preuve du contraire.
Selon les États-Unis, la majorité des Nord-Coréens travaillant à l'étranger se trouvent en Chine et en Russie.
Les entreprises n'ont pas pu être jointes pour un commentaire. Selon les experts de la chaîne d'approvisionnement, Zhejiang Sunrise est un fournisseur des entreprises occidentales de l'habillement. Un rapport des Nations Unies publié en mars a signalé une société appelée Rixin Foodstuffs Ltd. qui aurait fait travailler des Nord-Coréens dans une usine en Chine. Une porte-parole des douanes n'a pas répondu immédiatement à une question visant à savoir si Rixin Foods et Rixin Foodstuffs sont la même société.
Les États-Unis sont à la tête d'un mouvement croissant des gouvernements occidentaux visant à empêcher les produits issus du travail forcé d'atteindre les rayons des magasins.
Dans son avis public, la douane n'a pas fourni de détails sur les agissements présumés des trois entreprises, mais a indiqué qu'elle avait commencé à retenir les marchandises qu'elles fabriquent dans tous les ports d'entrée américains à partir du 5 décembre.
L'agence et d'autres organismes fédéraux américains ont déjà mis en garde les entreprises contre les risques liés à l'approvisionnement par inadvertance en marchandises provenant de Corée du Nord ou fabriquées par des travailleurs nord-coréens, y compris en dehors du pays.
Les travailleurs nord-coréens travaillent dans des dizaines de pays, Pyongyang prenant entre 70 % et 90 % de leurs gains dans de nombreux cas, ont indiqué les États-Unis dans une publication de 2018.
Samedi 31 Décembre 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :