Reboisement à Saint Louis / Louga : la Grande mosquée mouride de Ndar et les grandes artères du Ndiambour pourvues.


Après Ndioum et Gamadji Saré, le ministre de l’environnement et du développement durable était à Saint Louis aujourd’hui dans le cadre toujours de la campagne de reboisement initiée par ses services. La première étape a été la grande mosquée Mouride de Saint-Louis qui a accueilli la délégation, où plusieurs arbres ombragés ont été symboliquement plantés. Une initiative « heureuse » a dit le conservateur des lieux, mais aussi « très importante et qui agrée le Khalife Général des mourides », a-t-il ajouté.

« Un geste symbolique » a dit après lui, le ministre de l’environnement Abdou Karim Sall, qui a félicité la jeunesse qui l’accompagne dans le cadre de l’exécution de ce programme. En effet, le ministre avait à ses côtés la convergence des jeunesses républicaines (COJER), qui l’ont accompagné toute la durée de cette campagne de reboisement dans le Nord.

À Mpal et Rao pour expliquer le bien-fondé de l’initiative

Avant les sites de reboisement à Louga, la délégation ministérielle a fait un détour à Rao et surtout à Mpal afin de présenter aux chefs religieux de ces Cités, le large programme de reboisement concocté par le Chef de l’État Macky Sall, mais aussi son bien-fondé. « Nous sommes venus vous apporter le message du chef de l’État qui doit parvenir à toute les populations en ce qui concerne ce programme qui lui tient à cœur », a expliqué le ministre à Serigne Ousmane Ngom, Khalife de Mpal qui a bien accueilli l’initiative.

D’autant plus qu’a dit le marabout, « Mpal n’a pas attendu cette campagne pour procéder à des reboisements (…) l’arbre étant source de vie ».   Il a enfin formulé des prières pour le Sénégal et afin que le pays soit libéré aussi du « virus à couronne ». Le ministre a usé du même procédé chez Thierno Bachir Tall qui a aussi formulé les mêmes prières.


L’axe principal qui traverse la ville de Louga, ainsi que la devanture du Palais de Justice de la ville ont ensuite été « reverdis » par la délégation. Le ministre a enfin sensibilisé sur la nécessité de veiller à la surveillance des jeunes pousses mis à terre. « Chaque sénégalais doit au moins parrainer deux arbres. Les services des eaux et forêts ne peuvent pas être derrière chaque arbre planté. Il appartient aux populations de savoir que c’est un geste citoyen de les entretenir ». 

Le ministre a pour finir tiré un bilan satisfaisant pour cette campagne lancée dans le Nord du Sénégal et a pris congé en rappelant que le Sénégal est engagé dans cette dynamique de reforestation durable et inclusive du territoire national.
Samedi 12 Septembre 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :