Quatre ans après le Groupe consultatif de Paris, le Sénégal réalise un taux de concrétisation de 124% avant terme : 3 729 milliards FCfa promis, 4 610 milliards FCfa décaissés

Le 24 février 2014, à Paris, vingt-quatre Ptf s’étaient engagés auprès du Sénégal à contribuer à hauteur de trois mille sept cent vingt neuf milliards quatre cent dix millions (3 729 410 000 000) de francs Cfa pour la concrétisation du Pap 2014-2018 du Pse. Quatre ans plus tard, ces mêmes bailleurs de fonds ont fait mieux que tenir leur parole : ils ont signé, avec le gouvernement, deux cent quatorze conventions d’un montant global de quatre mille six cent dix milliards deux cent cinquante sept millions quatre cent quarante cinq mille trente huit (4 610 257 445 038) de francs Cfa, soit un taux net de concrétisation de 124% bien avant le terme fixé : fin 2018.


La Banque mondiale figure au premier rang des plus grands contributeurs avec 886 951 509 080 de FCfa. Elle est talonnée par la Banque islamique de développement (870 923 625 470), suivie de l’Agence française de développement (713 940 201 757), la Banque africaine de développement (482 649 555 475), l’Union européenne/Fed (378 079 538 500), le Japon (255 865 000 000), l’Usaid (241 383 843 040), la Banque européenne d’investissement (186 343 615 000), la Banque ouest-africaine de développement (146 024 000 000), le Canada (79 665 000 000), le Fonds saoudien (77 772 600 000).

La Banque mondiale, meilleur contributeur : 886 951 509 080 de FCfa

Au chapitre des meilleurs taux de concrétisation, la palme d’or revient au Fonds saoudien. A Paris, il avait annoncé une contribution de 9 000 000 000 de FCfa. Aujourd’hui, les Saoudiens ont fait plus de huit fois ce qu’ils avaient promis : 77 772 600 000 de FCfa, soit 864%. Ils sont suivis du Fonds Opep (344%), qui a finalement contribué à hauteur de 17 200 000 000 de FCfa, après avoir annoncé 5 000 000 000 de FCfa. La Corée du Sud (324%) a plus que triplé la contribution qu’elle avait annoncée : 56 650 200 000 de FCfa au lieu 17 500 000 000 de FCfa. En quatrième position, l’Agence française de développement (Afp) se signale avec un taux de concrétisation de 253% : 282 000 000 000 de FCfa annoncés en février 2014 ; 713 940 201 757 de FCfa décaissés à ce jour. 
Le Japon (233%) n’est pas aussi en reste : 255 865 000 000 de FCfa contre 110 000 000 000 de FCfa. 
Idem pour la Banque mondiale (177%) : 886 951 509 080 de FCfa au lieu de 500 000 000 000 de FCfa. Ensuite, viennent la Banque islamique de développement (Bid) avec 158% : 870 923 625 470 de FCfa contre 550 000 000 000 de FCfa ; le Fonds koweitien (153%) : 39 850 000 000 de FCfa contre 26 000 000 000 de FCfa ; les Pays-Bas (148%) : 10 568 782 336 de FCfa et non 7 150 000 000 de F Cfa ; la Banque africaine de développement (121%) : 482 649 555 475 de FCfa contre 400 000 000 000 ; l’Italie (117%) : 34 995 305 950 de FCfa et non 29 930 000 000 de FCfa; l’Allemagne (116%) : 41 981 248 000 de FCfa contre 36 080 000 000 de FCfa promis.

Le Fonds saoudien, meilleur taux de concrétisation : 864%

Enfin, il y a les contributeurs qui n’ont pas totalement ou pas du tout respecté les engagements pris à Paris le 24 février 2014. D’une part, il y a ceux qui ont concrétisé entre 95% et 57%. A ce lot figurent : la Banque européenne d’investissement (Bei) : 186 343 615 000 de FCfa alors qu’elle avait promis, 197 000 000 000 de FCfa ; l’Usaid : 241 383 843 040 au lieu de 262 500 000 000 de FCfa promis ; l’Union européenne/Fed : 378 079 538 500 de FCfa au lieu des 503 000 000 000 de FCfa attendus ; le Canada 79 665 000 000 de FCfa en lieu et place d’un engagement initial de 108 000 000 000 de FCfa ; la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (Badea) : 28 280 000 000 de FCfa et non 50 000 000 000 de FCfa. 
D’autre part, quatre contributeurs se situent entre 47% et 06% de taux de concrétisation : le Fonds international de développement agricole (Fida) : 18 709 348 750 de FCfa sur 40 000 000 000 de FCfa promis ; la Banque ouest africaine de développement (Boad) : 146 024 000 000 de FCfa contre 350 000 000 000 de FCfa ; le Système des Nations-Unies (Snu) : 40 457 157 680 de FCfa contre 110 000 000 000 de FCfa ; l’Espagne : 1 966 914 000 de FCfa contre 32 000 000 000 de FCfa.
Enfin, relevons que l’Union économique monétaire ouest africaine (Uemoa), la Banque d’investissement et de développement de la Cedeao (Bidc) et le Fonds Abu Dhabi qui s’étaient engagés à donner respectivement 22 000 000 000 de FCfa, 75 000 000 000 de FCfa et 7 250 000 000 de FCfa n’ont, à ce jour, pas concrétisé leurs annonces de contribution.
Vendredi 23 Février 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :