Procès : Me Borso Pouye attend un jugement tiré de ce que les faits reprochés à Khalifa Sall ne sont pas établis


Procès : Me Borso Pouye attend un jugement tiré de ce que les faits reprochés à Khalifa Sall ne sont pas établis
Le silence qui règne, lorsque les avocats de Khalifa Sall se lèvent pour plaider, s'est maintenu pendant plus d'une demi-heure, ce jeudi, avec la plaidoirie de Me Borso Pouye.
Lentement, l'avocate a ouvert le premier dossier de la haute pile qu'elle avait posée sur son pupitre. Dès ses premières phrases, il a désigné Me Ousmane Diagne, celui des cinq avocats de l'Etat auquel elle allait consacrer l'essentiel de son intervention.
Un par un, le conseil a confronté cruellement les infractions soulevées par les avocats de la partie civile, avec un récit de la "réalité des faits". Me Pouye a jugé que "les faits constatés par l'Agent judiciaire de l'Etat sont inexistants". Avant de faire un démenti minutieux des propos de Me Samba Bitèye, qui avait parlé de "chef d'orchestre", faisant allusion au Maire de Dakar. Son collègue de l'autre côté "a tout faux", estime-t-elle. "Dans cette affaire, je retiens deux choses. D'abord, les faits visés ne sont pas constitués. Autre chose, on essaie de jeter l'opprobre sur Khalifa Sall", résume l'avocate de la défense. Selon elle, "la partie civile, encore moins le procureur de la République ne peuvent asseoir un quelconque délit".

"La politique, elle tourne..."

Me Borso Pouye a donc l'impression qu'en définitive, la sphère politique tourne en rond. "La politique, elle tourne", a-t-elle ajouté. Le conseil est persuadé que les vents de la politique tourneront un jour en faveur du premier magistrat de la Ville. "Nous vivons seul et nous mourrons seul. Toute vie a une fin", a-t-elle rappelé. La robe noire est persuadée que la seule décision qui s'impose est de "renvoyer Khalifa Sall et ses co-prévenus des fins de la poursuite sans peine, ni dépens". Elle souhaite qu'un tel jugement tiré de ce que les faits reprochés à Khalifa Sall et ses co-prévenus ne sont pas établis, soit rendu...
Jeudi 22 Février 2018
Dakaractu




Dans la même rubrique :