Présidentielle 2024: Une plateforme d’acteurs d’industries culturelles ouvre une liste de propositions à l’attention des candidats en lice

Le PPPAICC (Plateforme des 15 Propositions-Phares des Acteurs des Industries Culturelles et Créatives) a émis des propositions à l’attention des différents candidats à l’élection présidentielle du 25 février 2024. Une quinzaine de propositions a été déjà faite sous la conduite de Ousseynou Nar Gueye, initiateur et point focal de la plateforme. Ces propositions, par ailleurs, sont faites pour inviter les candidats et celui qui, sera éventuellement le futur président de la République, d’en prendre compte pour sa gouvernance future.




Voici in extenso, les quinze propositions et le lien pour en faire une seizième voire plus.


Les 𝟏𝟓 𝐩𝐫𝐨𝐩𝐨𝐬𝐢𝐭𝐢𝐨𝐧𝐬-𝐩𝐡𝐚𝐫𝐞𝐬 : 



1) La mise en place dans le prochain gouvernement d'avril 2024 d'un grand Ministère d'État de l'Éducation, de la Culture et de la Communication.



2)La généralisation de la carte de CMU (Couverture Maladie Universelle) gratuite pour tout créateur/artiste ayant fait 100 heures de travail rémunérées dans l'année avec le statut d'intermittent du spectacle.

 

3)L'obligation de paiement par les GAFAM (Google (dont Youtube), Amazon, Facebook, Apple, Microsoft, Tik Tok)  aux créateurs sénégalais et aux éditeurs de contenus du Sénégal (y compris les organes de presse print, TV, radio et online) d'un montant annuel adéquat, pour mettre un terme à la situation actuelle où Google paie seulement 12 millions de FCFA par an à l'ensemble des créateurs et producteurs  sénégalais.



4) L'érection d'une salle de théâtre aux normes internationales dans chaque capitale régionale, pour les 14 régions du Sénégal.



5) L'obligation par signature de chartes pour le Grand Théâtre National et le Théâtre National Daniel Sorano d'avoir une programmation culturelle propre avec un quota minimal de pièces de théâtre à produire chaque année  et de cesser de louer leurs locaux pour des cérémonies de tiers. 



6) L'imposition d'une rémunération vérifiée par compteur sur tous les photocopieurs et scanners  pour rémunérer  les écrivains, auteurs de pièces de théâtres et artistes graphiques.



7) L'autorisation de trois autres sociétés civiles de gestion collective du droit d'auteur et des droits voisins pour les créateurs du cinéma, pour les artistes graphiques et pour les gens de lettres.



8 ) La promulgation des décrets d'application et l'entrée en vigueur de la loi portant rémunération pour copie privée, rapportant au moins 20 milliards de FCFA par an, dont 50% distribué aux auteurs, interprétées et éditeurs, 25% aux producteurs et aux organismes de radiodiffusion et 25% au soutien des festivals et de l'éducation culturelle et artistique dans le milieu scolaire et estudiantin.



9) Imposition d'une taxe de 1% sur toutes les communications téléphoniques mobiles pour alimenter un fonds de garantie des industries culturelles et d'avances sur recettes pour l'industrie cinématographique sénégalaise, avec l'objectif de réunir 45 milliards de FCFA par an dans ce fonds.



10) Négociations officielles avec les Etats et toutes les sociétés étrangères de gestion collective du droit d'auteur et des droits voisins pour rapatrier au Sénégal les œuvres de créateurs sénégalaises contenues dans leur répertoire d'œuvres, pour les inscrire dans le répertoire des sociétés de gestion collective sénégalaise.



11) Négociation avec tous les Etats et les musées occidentaux et les musées hors d'Afrique en général pour le versement d'une redevance en contrepartie de l'exposition dans leurs collections d'œuvres d'art sénégalaises et d'œuvres cultuelles sénégalaises.



12) Création d'un Conseil Présidentiel pour les Industries Créatives et Culturelles 



13) Organisation annuelle d'une saison culturelle de deux mois de festivals artistiques sur la Petite Côte pendant la basse saison touristique (juillet à octobre).



14) Création d'une bibliothèque publique dans chacune des 550 communes du pays avec ouverture le dimanche et en soirée et gratuité d'accès pour les moins de 18 ans et les plus de 60 ans.



15) Obligation d'un quota d'achat d'œuvres de fiction pour tous les organismes de télédiffusion du Sénégal, et interdiction de publicité commerciale pour la RTS entre 19h et 6h du matin, pour promouvoir la viabilité des médias audiovisuels  privés, la RTS devant se contenter de la publicité commerciale entre 6h et 19h et de la redevance télé déjà imposée sur les factures Senelec.



𝐕𝐨𝐢𝐜𝐢 𝐥𝐞 𝐥𝐢𝐞𝐧 𝐝𝐮 𝐟𝐨𝐫𝐦𝐮𝐥𝐚𝐢𝐫𝐞 𝐩𝐨𝐮𝐫 𝐯𝐨𝐬 𝐫𝐞́𝐩𝐨𝐧𝐬𝐞𝐬 𝐚̀ 𝐧𝐨𝐬 𝟏𝟓 𝐩𝐫𝐨𝐩𝐨𝐬𝐢𝐭𝐢𝐨𝐧𝐬-𝐩𝐡𝐚𝐫𝐞𝐬 𝐞𝐭 𝐩𝐨𝐮𝐫 faire 𝐮𝐧𝐞 𝟏𝟔𝐞̀𝐦𝐞 𝐩𝐫𝐨𝐩𝐨𝐬𝐢𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐩𝐡𝐚𝐫𝐞 𝐝𝐞 𝐯𝐨𝐭𝐫𝐞 𝐢𝐧𝐬𝐩𝐢𝐫𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧 : 



https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLScICqEjjv-b6UE1-yIuFcvn-QdcEh14566QSSl6ZHr955bILw/viewform?usp=pp_url







Cheikh S. FALL
Dimanche 10 Décembre 2023
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :