Présidentielle 2024 : Le programme sanitaire d'Anta Babacar Ngom, Mamadou Lamine Diallo et Thierno Alassane Sall


A cinq jours du scrutin prévu pour la date du 24 mars 2024, les candidats à l'élection présidentielle du Sénégal approfondissent dorénavant l'essentiel de leurs programmes de campagne ; et un des défis méritant tout bonnement une attention des plus sérieuses est celui du système sanitaire du pays. Un point sur lequel se focalisent grandement les trois prétendants au siège présidentiel que sont Anta Babacar Ngom, Mamadou Lamine Diallo et Thierno Alassane Sall. 
 
Le système de santé sénégalais a connu une progression importante au fil de ces dernières années. Néanmoins, des failles révélées par la pandémie meurtrière de Covid-19, indiquent qu'ils demeurent malgré tout des limites à corriger pour garantir à tous un accès aux soins de santé, équitable et efficace. Un cas social qui n'échappe pas aux programmes de trois candidats à l'élection présidentielle 2024. 
 
En effet, pour Anta Babacar Ngom, candidate de la coalition de l'Alliance pour la relève citoyenne (ARC), un développement est à engager dans les ressources humaines. Pour le renforcement du personnel médical, elle promet le recrutement et la formation (initiale et continue) de 1.000 médecins spécialistes et paramédicaux. 
 
Pour le leader de la république des valeurs/Reewum Ngor, Thierno Alassane Sall, son ambition visant le domaine sanitaire s'annonce plus révolutionnaire. Le candidat souhaite nourrir davantage la réputation des soins hospitaliers du Sénégal, déjà positif dans la sous région, pour l'élever au regard international comme étant "l'hôpital de l'Afrique de l’Ouest." Pour un tel projet, il promet "la mise à niveau et la construction d'établissements sanitaires modernes dont certains seront adossés aux universités avec des plateaux techniques de classe mondiale."
 
La stratégie intéressante de l'ancien ministre des mines et de l'énergie sous l'ère Macky Sall, permettra de capter les évacuations sanitaires des pays de l'Afrique de l'Ouest, et faire du Sénégal un "hub de tourisme médical dans la sous région."
"Cela visera à corriger les situations d'iniquité résultant des disparités au plan territorial et, d'autre part, à assurer l'accessibilité aux services de santé à tous les sénégalais d'où qu'ils viennent ", explique-t-il.
 
Quant à Mamadou Lamine Diallo, ce dernier opte pour une réforme hospitalière et une priorisation des politiques de santé. En outre, il propose le renforcement de la prévention et des services aux urgences, puis la construction d'un CHU dans chaque capitale régionale, par le maillage de pyramides sanitaires, le rapprochement des infrastructures et l'offre des services de santé à la population.
 
 
Mardi 19 Mars 2024
Chancelle



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :