Premier anniversaire de l'assassinat du général Soleimani : Un regard sur les réalisations d’un général pionnier de la paix régionale et le précurseur de la lutte contre le terrorisme (Par Mohammad Reza Dehshiri, Ambassadeur d'Iran à Dakar)


Les premières heures du vendredi 4 janvier 2020 furent un tournant considérable dans l'histoire de l'Iran, de la région et même du monde. A l'aube de ce jour, une des catastrophes les plus honteuses et les plus inhumaines de l'histoire moderne eut lieu. Lors d'un incident horrible, l'un des grands personnages et héros de l'Iran, qui a fait de son mieux pour que les peuples de la région et de son pays vivent dans un monde paisible, a été assassiné par les Américains et a été rappelé à Dieu en tant que martyre du monde Musulman.

 

Cette grande perte a fait pleurer le peuple iranien et tous les épris de liberté et de justice ainsi que les peuples libres du monde. Aussi bien ses amis que ses ennemis insistaient sur le fait que le martyr Qassem Soleimani, avait joué un rôle unique et historique dans la défaite du plus grand et du plus violent groupe terroriste contemporain, à savoir DAESH, à tel point qu’il a été à plusieurs reprises sur le point d’être martyrisé. Il est clair que l'acte criminel américain d'assassiner «le général le plus pacifiste de la région» et «le vainqueur de la guerre contre le terrorisme» était dû au désespoir américain contre l'axe de la résistance, l'Iran, etc.

 

Le caractère du Général Soleimani comme exemple de soutien aux opprimés, a des dimensions régionale et globale et la portée de sa personnalité est définie au-delà des frontières de l'Iran et du monde islamique. Selon Ayatollah Khamenei, le guide suprême de la République Islamique d’Iran, les dimensions de la personnalité et de l'existence de ce commandant martyre devraient être considérées en tant qu’une école de pensée,  et c’est alors que la valeur de ce superman deviendra claire.

 

Cet article n'est pas une revue de tous les aspects de l'école de pensée de Général Soleimani, mais une brève référence au rôle de ce combattant infatigable et héros national dans le rétablissement de la paix, de la sécurité et de la stabilité régionales en Asie occidentale dans divers domaines géopolitiques, géostratégiques, géoéconomiques et même géoculturelles, une région qui se manifeste comme foyer de conflit d’intérêts entre les grandes puissances.

Le général Qassem Soleimani a joué son rôle en tant que pionnier de la paix et de la sécurité dans la région, afin de surmonter les défis déstabilisateurs tels que l'extrémisme et le terrorisme.

 

En conséquence, le général Soleimani a travaillé sans relâche pour la sécurité et la stabilité régionales, et a essayé d'éliminer l'ombre de la terreur et de l’extrémisme au niveau régional. Au contraire, avec l'aide des pays et des nations impliqués dans des opérations anti-terroristes, il a pu jouer son rôle régional et mondial dans la lutte contre la violence et la terreur pour l'établissement de la stabilité et de la paix dans la région.

 

Le rôle du général Soleimani dans la lutte contre le terrorisme Takfiri :

 

Tout le monde sait bien que sans les grands sacrifices et la bravoure de ce grand général, DAESH aurait pu étendre son contrôle sur l'Irak et la Syrie et peut-être dominer d'autres pays de la région.

 

C'était le Général Soleimani qui, avec sa détermination et son courage, a pu arrêter les forces du mal qui étaient sur le point de franchir les portes de Damas et de Bagdad, et a réussi à les repousser et finalement les vaincre à Mossoul, annonçant la fin de DAESH.

Cela est si clair que de nombreux universitaires, chercheurs, et savants tant régional que mondial, et même certaines personnalités politiques américains, n'ont pas nié le rôle du martyr Qassem Soleimani dans la lutte contre le groupe terroriste de DAESH dans la région, en particulier en Irak et en Syrie.

 

Repousser la menace de l'Etat islamique depuis les frontières de la République islamique d'Iran :

 

Selon les déclarations explicites et les aveux de responsables politiques américains, dont Hillary Clinton, Donald Trump, etc., DAESH a été formé, organisé et équipé par les forces américaines, puis ce groupe terroriste, avec l'aide financière et morale de l'Arabie saoudite, a commencé ses opérations depuis la Syrie et l'Irak.

 

Après avoir dominé ces zones, Daesh essayait de mettre la région dans l'insécurité et l'instabilité et de déstabiliser les frontières et les villes de l'Iran. Ainsi, le Général Soleimani a pu écarter la menace de Daesh des frontières de la République islamique d'Iran.

 

Architecte de l'échec des plans américains dans la région :

 

Selon le plan Américain du «Grand Moyen Orient», la Syrie et l'Irak devaient être divisés en petits États afin de pérenniser la sécurité pour le régime sioniste.

C’est alors que le Général Qassem Soleimani, commandant de la Force Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique, dans le cadre de la stratégie de la République islamique d'Iran, afin de préserver l'intégrité territoriale et géographique de ces pays, a empêché leur désintégration. En 2013, lors des développements en Syrie, beaucoup d’analystes pensaient que la Syrie allait bientôt tomber entre les mains de Daesh et que personne ne serait en mesure de maintenir le gouvernement Syrien. Cependant, avec l'arrivée de Général Soleimani et de ses camarades sous la forme de conseillers militaires en Syrie, toutes les équations de l'ennemi en Syrie ont été brisées. Il s'est avéré que le système hégémonique Américain n'est pas en mesure de contrarier la forte volonté de la résistance.

 

Le rôle de Général Soleimani dans l'évolution de l'axe de résistance :

 

Lors des événements de 2011, le Général Soleimani a combattu les groupes terroristes dans la région en formant, organisant, renforçant et intégrant des groupes de résistance. Les analystes soutiennent que ses actions dans le cadre de la «résistance active» ont transformé «l'axe de la résistance» en «mouvement de résistance» et finalement en «coalition de résistance».

La transformation de la résistance en une coalition de résistance a affaibli les groupes terroristes, ce qui signifiait l’affaiblissement de la position des acteurs qui soutenaient les groupes terroristes, comme les États-Unis et le régime sioniste.

 

Aujourd'hui, l'axe de la résistance s'étend du Liban, de l'Irak, de la Syrie, de l'Afghanistan, de la Palestine au Yémen, et il est prêt à changer complètement le rapport de force en faveur de mouvements de résistance.

L'axe de résistance au Yémen est devenu si fort que les Saoudiens, qui sont l'un des plus importants acheteurs d'armes au monde, ont perdu l'initiative dans la guerre contre le peuple yéménite et sont en position de faiblesse. Cette situation indique un changement dans l'équation de la puissance en faveur du mouvement de résistance dans la région.

 

Le rôle de Général Soleimani dans la création de la fraternité entre les deux nations de l'Iran et de l'Irak :

 

La guerre de huit ans entre l'Iran et l'Irak aurait naturellement pu causer des années d'animosité et d'inimitié entre les deux nations musulmanes et voisins, mais le Général Soleimani a pu non seulement instaurer l'ordre et la sécurité dans la région, mais aussi ouvrir la voie au renforcement de la fraternité et de l'empathie mutuelle entre les deux nations de l'Iran et de l'Irak.

 

Lors des inondations dévastatrices au Khouzistan en avril 2009, Général Qassem Soleimani, en coopération avec le martyr Abou Mahdi Mohandis, ont pu montrer l'unité et la fraternité des deux nations en attirant l'aide du peuple irakien pour préserver les maisons contre les inondations incessantes. La présence de Général Soleimani avec Abou Mahdi Mohandis à côté des populations sinistrées du Khouzistan et des villages touchés par les inondations et l'établissement des relations émotionnelles avec les habitants du Khouzistan et la mobilisation de tous les équipements nécessaires pour aider les personnes touchées par les inondations, ont démontré son esprit de l'humanité et son sens de rendre service au peuple. Les sacrifices de ce héros populaire ont prouvé que la philanthropie ne connaît pas de frontières. Il était toujours parmi les gens et aimait les servir. C'est pourquoi il a été appelé à juste titre le commandant des cœurs.

 

Le rôle de stabiliser et de renforcer l'intégrité territoriale des pays de la région :

 

Le Général Qassem Soleimani a joué le rôle de stabilisateur et de garant de la sécurité dans la région en défendant la souveraineté des pays et leur intégrité territoriale contre les groupes terroristes.

 

Lorsqu'une guerre civile a éclaté en Syrie sous l’instigation des pays comme les États-Unis, et que les forces multinationales terroristes de Daesh sont entrées en guerre avec le gouvernement syrien, provoquant une crise sécuritaire profonde, le Général Soleimani était là avec le consentement du gouvernement syrien et a défendu l'intégrité territoriale et la sécurité du peuple Syrien, déjouant ainsi les équations prédéterminées par les puissances interventionnistes.

 

De plus, lorsque le groupe terroriste ISIS a occupé un tiers du territoire irakien, le Général Soleimani a de nouveau joué un rôle majeur consultatif dans la défense de la nation et de l'intégrité territoriale et géographique de l'Irak.

Il est vrai que la présence du Général Qassem Soleimani en Irak et en Syrie était due au besoin et à la nécessité du peuple et à l'invitation officielle du gouvernement de ces pays et dans le cadre des normes juridiques internationales et conformément au droit internationale. Il a été félicité et loué pour sa bravoure et sa présence dans ces pays.

En fin de compte, il convient de souligner que le rôle du général Qassem Soleimani et sa présence en Syrie et en Irak afin d'établir la sécurité et la stabilité dans la région turbulente du Moyen-Orient a donné ses fruits. Il a défendu l'intégrité territoriale et géographique des pays de la région, tout en repoussant la menace de Daesh des frontières de l'Iran et du milieu régional. Il a pu ainsi vaincre le plus atroce et le plus violent groupe terroriste contemporain. De ce fait, il demeure le héros de la région de l’Asie Occidentale pour toujours.

 

Mohammad Reza Dehshiri, Ambassadeur de la République Islamique d'Iran à Dakar

Jeudi 31 Décembre 2020
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :