Pour une banale histoire d'écouteurs, El H. A. Ndiaye brise le doigt de son épouse qui s'aggrippe à ses parties intimes

El H. A Ndiaye a été jugé ce mardi 24 janvier 2023 au tribunal des flagrants délits de Dakar pour coups et blessures volontaires avec un ITT de 21 jours subis par sa conjointe R. Guèye.

Pour ce délit, il a été condamné à 6 mois de prison assorti de sursis comme peine d'avertissement.


Après 18 ans de mariage, le couple Ndiaye est venu solder ses comptes à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar. En effet, la dame Rokhaya Guèye a subi des supplices dans son mariage avec son époux El H. A. Guèye qui la violentait parfois. Exaspérée par cette situation désagréable, elle a porté plainte contre l'homme avec qui elle a partagé des années de mariage.

Devant la barre, la dame avoue que le prévenu cherchait les écouteurs de son téléphone. "Ce jour-là, il est venu me demander si je ne les avais pas vu. Je lui ai répondu que non. C'est ainsi qu'il a pris une bouteille d'eau qu'il m'a versée par la suite. Il récidivera le lendemain. Le matin, il est venu me frapper dans la douche. Il m'a ensuite griffée et a déboîté mon doigt. C'est la deuxième fois qu'il me fait pareille chose", explique-t-elle. La dame dans son argumentaire, de mentionner qu'il a fait 18 ans de mariage et qu'ils ont 5 enfants.

À son tour, le prévenu a reconnu les faits qui lui sont reprochés. Selon E. Ndiaye, poursuivi pour coups et blessures volontaires ayant entraîné une ITT de 21 jours, c’est sa femme qui l’a attaqué en premier avec un vase. Elle s’est accrochée sur mes parties intimes, c’est pour cette raison que je les giflée pour l'obliger à céder. J'ai fait quatre jours en prison », se dédouane-t-il sans convaincre le Tribunal.

À la clôture des débats d'audience, le juge n’a pas raté l'occasion pour rappeler à l'ordre le mis en cause : « En tant que mari, vous avez le devoir de protéger votre femme. Arrêtez vos agissements », l'a mis en garde le juge.

Concernant les dommages et intérêts, la plaignante s'est tout simplement désistée de sa plainte. « Je ne savais pas que l’affaire allait atterrir à la barre du tribunal. Je voulais tout simplement le mettre en garde pour qu’il arrête de me frapper sans aucune raison », a soutenu la partie civile.

Invité à faire son réquisitoire, le ministère public a requis une application de la loi pénale. Quant à la défense, Me Nicolas a plaidé une application bienveillante de la loi pénale.

Finalement, le Tribunal après en avoir délibéré conformément à la loi, a déclaré le prévenu coupable et le condamne à 6 mois d'emprisonnement assorti de sursis en guise d'avertissement.
Mercredi 25 Janvier 2023
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :