PAPO, UN NIANTHIO NE S'EFFONDRE JAMAIS, MANÉ...!


Je me suis réveillé ce matin abattu. Lorsque le confrère de la Rfm, Lamine Ba m'a appelé pour m'annoncer ce que la grande focheuse a fait à mon frère nianthio, mon doyen dans la presse. Je suis resté des minutes sans bouger, bouche bée. Tellement que le choc a été brutal. 
La toute dernière fois que je l'ai eu au bout du fil, c'était dimanche dernier. Je l'ai appelé pour un témoignage sur feu Abdou Élinkine Diatta. Je ne savais pas qu'il faisait ses adieux.
Nianthio, Le Tout Puissant t'a appelé à ses côtés parce que tu as accompli ta mission terrestre. C'est ce samedi 02 novembre 2019 qui restera à jamais une date inoubliable que Dieu a décidé de mettre fin à ta mission.
Papo Mané, un journaliste qui a la tête bien faite. Un monument s'en est allé. Une bibliothèque comme le dit l'adage bien de chez nous, brûlée. Un homme disponible. Il répond toujours présent quand il est sollicité. C'est une partie des documents de la crise casamançaise qui est brûlée parce qu'il a emmené des secrets dont il est le seul détenteur. 
Je me souviens le jour où je l'ai connu, en 2010 alors que je revenais de Dakar et pour intégrer la rédaction de la radio Zigfm. Je l'ai trouvé à la station régionale de Walfm sise à Boucotte, en ironisant il me demanda "je pense que tu n'es pas comme l'autre samsidine (doyen Niassy, lui aussi convalescent. Il souffre d'un Avc)". Tous deux ont des rapports qui leur permettent de se chambrer. Depuis lors, partout où on se voyait, il me taquinait. Il me disait aussi, nianthio comme on aimait s'appeler, un conseil de grand-frère: "tu es jeune. Tu t'es formé en journalisme. Donc tu dois te battre pour accomplir ta mission qui t'a fait revenir chez toi pour servir ta région. Tu dois te battre pour te faire une place dans le paysage médiatique. Tu dois te battre pour ta région. Tu dois te battre parce que tu es sensé donner des informations sensibles. Tu as choisi de faire du journalisme dans une région en crise armée..."
Grand, tous ces conseils me reviennent toujours en tête chaque fois que traite une information. Tu es parti laissant derrière toi un jeune frère orphelin de son aîné qui l'appelait quand le cadet faisait des erreurs dans l'exercice de son métier. Grand tu vas me manquer. Tes conseils et critiques m'ont beaucoup servi.
Repose en paix mon frère nianthio. À Dieu ... 

Chamsdine Sané.
Samedi 2 Novembre 2019
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :