Mawlid Nabi 2021 : Quand les foyers religieux, en régulateurs sociaux, axent leurs sermons sur la vie du prophète (PSL)


Célébrée partout dans le monde, la fête du Mawlid an-naby ou Naissance du Prophète est tenue le 12 rabîʿ al awal (le troisième mois du calendrier musulman). Même si elle est absente des textes canoniques, car ne se fondant ni dans le Coran ni dans la Sunna, cette tradition prophétique ou l’anniversaire de Mohamed (PSL),  n’a jamais été célébrée de son époque, ni par ses compagnons, ni par les musulmans des premiers siècles. 
 
Néanmoins cette pratique a engendré de nombreuses controverses et continue encore de susciter des divergences au sein des savants musulmans. Pour les opposants, elle relève d’une bidʿa, (innovation blâmable, qui intègre des pratiques polythéistes comme l’imploration du secours du Prophète mais aussi des pratiques réprouvées comme le chant dans les cérémonies qui accompagnent la fête). 
Toutefois, ses adorateurs quant à eux conçoivent que Mohamed (PSL) mérite bien que l'on se souvienne de lui, de ses qualités à travers des récitals de Coran. 
Cette année, comme les précédentes, le Mawlid a été célébré dans la sobriété pour certains, et pour d'autres, avec faste malgré la pandémie toujours présente.
 
À Tivaouane, Kaolack, Nguéniène et dans d'autres localités de Dakar, la nuit commémorant la naissance du prophète n'est point comparable à une autre.
 
 
Pour la deuxième édition consécutive, Tivaouane n'a pas accueilli de monde pour la célébration du Maouloud (Naissance du Prophète Mohamed PSL). Devant l’impossibilité de mettre à la disposition des fidèles le matériel sanitaire adéquat dans un court délai, et de pouvoir faire respecter les mesures barrières à Tivaouane face à un virus qui progresse toujours, le Khalife général des Tidianes avait décidé de ne pas pas célébrer le Gamou dans sa forme habituelle. 
Cependant, il a appelé les fidèles à le faire en toute sobriété. Cela ne l'a pas empêché de s'adresser aux fidèles sur certains faits de société et aussi aux dirigeants. D'ailleurs, nous l'avons remarqué dans son discours quand il donnait sa position sur l'avortement médicalisé qui a été un sujet très secoué ces derniers jours et qui a également vu  certains mouvements féministes le cautionner. Le khalife des Tidianes sera clairement en déphasage avec cette thèse.
 
Le khalife Général des Tidianes a également mis l'accent sur le comportement des autorités face aux préoccupations des populations. "Le pouvoir appartient au Tout Puissant. C'est lui qui le confie à qui il veut. Il l'a confié au président Macky Sall, tout le monde doit l'accepter", a soutenu le guide de la famille d'El Hadj Malick Sy qui, dans la même perspective, invite le gouvernement à combattre la violence sous toutes ses formes.
 
CE292A55-6574-40B4-951E-4F9B2BC5EC0A
À Kaolack également, c'est le même message que Serigne Mahi Ibrahim Niass a confié à Antoine Félix Diome lors de la cérémonie officielle en veille de Gamou. " Il faut être à l'écoute des populations. Que vous soyez de l'opposition ou du pouvoir, l'important c'est d'être utile à son peuple" ainsi, rejoignait le Khalife de Baye Niass cette idée qui a été développée par Serigne Babacar Sy Mansour et Mouhamadou Lamine Lahi, qui dirigeait la célébration du Gamou chez la communauté Layène. "Chacun est responsable et on lui demandera, un jour, comment il a su gérer ce qu'on lui a confié", comme pour s'adresser, lui aussi aux dirigeants à qui le peuple a confié le pays, et même au delà, car cela reste valable pour toute personne ayant une responsabilité sur ses épaules. Cette même invite a aussi été formulée par le khalife de Taslima El Hadj Cheikh Sidiya Diaby, appelant les politiques et les jeunes au sens de la responsabilité face à certaines scènes de violence notées dans l'espace politique. 
 
99D3038D-EE3D-4F58-ADDA-E0D7F16EC98C
La question de la sauvegarde des valeurs a encore été au cœur des déclarations des Khalifes Généraux durant cette nuit du prophète (PSL). Quand Mouhamadou Lamine Lahi, porte-parole de la famille Layène est revenu sur ce sujet, s'estimant même géné même d'évoquer cette "déperdition des valeurs" qui gagne du terrain. "Les injures sans gêne et les péchés répétitifs sont aujourd'hui inqualifiables. Tout le monde a peur maintenant. Personne n'ose dire la vérité. C'est un véritable problème dans notre société", a regretté le porte parole des Layènes. C'est une problématique qui dépasse l’État. C'est tout le monde qui est responsable et par conséquent doit se ressaisir.
 
908F4ABC-51BE-470D-B31D-002E30840A31
Serigne Mahi Ibrahim Niass estime que les enseignements de Cheikh Al Islama peuvent nous inspirer à tendre vers le bien. "Au Sénégal, nous ne manquons pas de personnes ressources, ni de compétences ni d'ingéniosité. Ce qui nous manque c'est la détermination et le vouloir" insinuait le fils de Cheikh Ibrahim Niass.
 
À Tivaouane, au champ de courses, Serigne Moustapha Sy a déroulé son traditionnel événement commémorant la naissance du prophète Mouhamed (PSL). Son message a été axé principalement sur les relations entre les parents et les enfants et la complicité qui doit exister entre eux. 
 
5060212F-B14F-462A-89CB-F19570CC0BD6
À Touba également, qui pense à Cheikh Ahmadou Bamba, prononcera mécaniquement Khadimou Rassoul. Pour ainsi montrer son attachement au prophète Mohamed (PSL), Cheikh Mouhamadou Mountakha Mbacké, Khalife général des Mourides, comme à ses habitudes, a encore rappelé les recommandations du Cheikh qui sont une permanente leçon tirée des enseignements du prophète.
 
9EBF93A1-B4AD-41C1-9C85-ADCB26506862
Dans la capitale sénégalaise, à Massalikul Jinaan et d'autres foyers religieux, on a aussi célébré cette nuit commémorative qui a été globalement riche en enseignements, en recommandations, en rappel de l'appropriation des valeurs qui forgent l'humain dans son essence. Une nuit qui a tout aussi inspiré les guides religieux adorateurs du prophète et de tous bords, d'inviter les acteurs politiques et dirigeants à huiler leurs relations pour l'intérêt collectif.
 
 
 
Mercredi 20 Octobre 2021
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :