Litige Foncier à la cité Apix : « Depuis 12 ans, nous courons derrière l’État du Sénégal pour l’obtention de nos titres de propriété! » (Habitants de la Cité Apix)


Litige Foncier à la cité Apix : «  Depuis 12 ans, nous courons derrière l’État du Sénégal pour l’obtention de nos titres de propriété! » (Habitants de la Cité Apix)

 

« Comment peut-on se permettre de délivrer des baux sur un titre foncier mis sous l’autorité du Gouverneur ? Comment des gens font pour disposer d’actes administratifs sur un site protégé et bénéficiant d’un statut particulier au point que même la Mairie de Tivaouane Peulh, ne peut y délivrer un quelconque acte tellement c’est verrouillé ? », ce sont les questions que se posent les populations de la cité APIX à Tivaouane Peulh. 

Dans un communiqué, ces derniers ont fustigé que des baux soient délivrés à des tiers qui ne sont ni de près, ni de loin liés à ce projet de recasement. « En effet, sur ce site désaffecté du domaine national, titré foncièrement sous le numéro 6043 /R et transféré à l’Agence pour la Promotion des Investissements et Grands Travaux (APIX) qui est la seule habilitée à attribuer des parcelles aux déplacés, impactés des grands projets de l’État, des gens se permettent d’y installer un promoteur qui y délivrent des actes avec la complicité de certaines autorités et autres agents des Impôts et Domaines », rapporte le communiqué. « Depuis 12 ans, nous, habitants de la cité APIX à Tivaouane Peulh, déplacés suite à la construction de l’autoroute à péage (Pikine irrégulier sud 1 et 2), vivons le plus grand calvaire de notre existence. Depuis 12 ans, nous courons derrière l’État du Sénégal pour l’obtention de nos titres de propriété qui, comme stipulé dans le projet et approuvé par les différents partenaires (Banque mondiale, État du Sénégal…), doit être à la charge de l’État du Sénégal. Cerise sur le gâteau, dans cette zone de recasement qu’est la Cité APIX, des tiers nous arrachent nos espaces publics et terrorisent les populations avec des convocations à la Gendarmerie quand elles mettent leur veto sur la commercialisation illégale de ces espaces publics », ont- ils fustigé dans le dit communiqué. 
 

Ainsi les membres du Comité Inter-îlots des habitants de la Cité APIX, Tivaouane Peulh (CICA) , ont réclamé  l’annulation pure et simple de ces faux baux qui n’ont nullement suivi le circuit normal et la délivrance des titres de propriété aux ayants droit.

 

Mardi 25 Octobre 2022



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :