KOLDA : Méta Kandé (SG travailleurs des collectivités territoriales) « Nous en avons assez des promesses… Nous avons des conditions de vie précaires! »


C’est à un Méta Kandé très en colère que nous avons tendu notre micro pour expliquer la situation des travailleurs des collectivités territoriales. Ce dernier, estime qu’ils en ont « assez des promesses non tenues », avant d’ajouter : « l’État n’a qu’à respecter ses engagements vis-à-vis de nous! »

Pour rappel, Méta Kandé et ses amis réclament à l’État la matérialisation de la fonction publique locale. C’est pourquoi, il soutient que tout dépendra de la conclusion de l’évaluation interne de la coalition de la centrale syndicale. 

À l’en croire, « je rappelle à l’État de tenir ses engagements par rapport à l’augmentation des 100.000 f cfa dans nos salaires. Mais également, nous lui demandons de marquer l’effectivité de la fonction publique locale comme indiqué par les textes. En ce sens, je rappelle que nous venons de terminer une grève de 72 heures la semaine dernière, et cette accalmie n’est qu’une période d’observation et de suivi des négociations. D’ailleurs, actuellement, la coalition centrale des syndicats est en évaluation interne sur la grève. Et ainsi, tout dépendra maintenant de ce qui sortira de cette évaluation interne. » 

Sans détours, il ajoute : « c’est pourquoi, nous sommes déterminés à la base pour mener le combat jusqu'au bout. Et il ne faudrait pas que l’État joue au dilatoire avec nous. Nous en avons assez des promesses non tenues. Aujourd’hui, nous voulons que la fonction publique locale soit une réalité afin de changer la vie des travailleurs des collectivités territoriales. Et pour y arriver, nous ne ménagerons aucun effort pour soutenir les décisions issues de la coalition centrale. » 

À cela, il ajoute avec tristesse « nous avons des conditions de vie précaires à cause de nos salaires. C’est pourquoi, nous voulons une amélioration de celles-ci adaptées aux réalités liées à la flambée des prix et de la crise. D’ailleurs, il nous est très difficile de joindre les deux bouts à cause des difficultés de la vie. C’est ce qui explique notre souffrance car nous sommes des pères et mères de famille qui ne demandent que l’équité soit une réalité… »  

Vendredi 23 Décembre 2022
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Twitter



Dans la même rubrique :