KOLDA : La grève des collectivités territoriales largement suivie...


Les agents des collectivités territoriales, notamment les mairies et les conseils départementaux de Kolda, ont largement suivi le mot d'ordre de grève à l'image de ceux du pays. Ces derniers justifient leur grève par le non respect par l'État des accords signés. Il s'agit entre autres de l'effectivité de la fonction publique locale, de la revalorisation salariale datant de mai 2022. C'est pourquoi, ils ont arboré des brassards rouges en séchant ce lundi matin du 26 février, le travail à 10 heures pour entamer une grève de 96 heures dès ce mardi 27.
 
 
À en croire Méta Kandé (SG/FGTS/B) et délégué du personnel du conseil départemental de Kolda, "nous avons débrayé ce lundi à 10 h avec port de brassards rouges. Et à partir de mardi, nous allons observer une grève de 96 heures pour montrer notre frustration pour le non respect des engagements pris par l'État." 
En ce sens, il soutient : "il s'agit entre autres de l'effectivité de la fonction publique locale, la revalorisation salariale datant de mai 2022. Et si rien n'est fait, on va corser l'addition de la grève."
 
Dans la foulée, il précise : "nous n'avons rien contre l'augmentation de salaire pour les maires et leurs adjoints et des présidents de conseils départementaux. À la limite, nous sommes outrés voire sidérés tandis que nous les agents qui faisons toutes les tâches sommes laissés à notre triste sort. L'État continue de faire du dilatoire pour gagner du temps..."
 
Aujourd'hui, le coût élevé de la vie ne nous permet pas de vivre décemment avec nos maigres salaires. Il faut rappeler que les agents n'avancent pas depuis leur début de carrière, selon lui toujours.
 
 
Dans cette dynamique, avance Boubacar Baldé, étudiant qui a été pris au dépourvu par cette grève à la mairie de Dioulacolon commune située à 11 kilomètres au sud de Kolda. "J'étais à Dioulacolon pour chercher des extraits pour mes deux frères dont l'un est en classe de 3e et l'autre en terminale, tandis que ma sœur est en classe de CM². Et à ma grande surprise, je ne trouve aucun agent à la mairie pour me faire les extraits. D'ailleurs, il faut que je dépose à temps les extraits pour ne pas être forclos." Maintenant, il souligne : "je suis obligé d'attendre ou voir comment régler cette question, comme tout ce monde venu ce matin des différents villages de la commune pris au dépourvu..."
Mardi 27 Février 2024
Madou Diallo



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :